JO-Londres-2012JO Londres 2012 directLife

Jeux olympiques: pour ne rater aucune médaille d'or française

Yannick Cochennec, mis à jour le 26.07.2012 à 12 h 18

Notre liste des rendez-vous à ne pas manquer si vous voulez vibrer en direct devant les exploits de nos meilleures chances de médailles d'or.

L'équipe de France de 4x400 mètres aux championnats d'Europe d'athlétisme de Göteborg le 13 août 2006, REUTERS/Kai Pfaffenbach

L'équipe de France de 4x400 mètres aux championnats d'Europe d'athlétisme de Göteborg le 13 août 2006, REUTERS/Kai Pfaffenbach

Comment ne pas rater les médailles d’or françaises à Londres? Encore faudrait-il savoir combien il y en aura et qui les obtiendra. Slate se mouille sous la pluie londonienne et vous le dit dans l’ordre chronologique des compétitions avec l’heure (de Paris) à laquelle vous devrez abandonner serviette de plage, barbecue, ciré ou feu de cheminée pour vous précipiter devant votre écran afin de ne rien manquer de ces inoubliables triomphes tricolores.

Avec nos petits doigts, sur lesquels vous pourrez taper allègrement le 12 août, au soir de ces Jeux olympiques, quand vous constaterez que nous vous avons entraîné, en fait, sur le chemin boueux de la lose, nous avons compté 12 médailles d’or, soit cinq de plus qu’à Pékin, mais trois de moins que le record d’Atlanta (histoire moderne).

  • 29 juillet
  • 21h15
  • Camille Muffat
  • Natation (400 mètres nage libre)

Camille Muffat, championne olympique du 400 mètres nage libre d’un souffle devant l’Américaine Allison Schmitt! C’était (presque) attendu, mais encore fallait-il le faire. Huit ans après LA Manaudou sur la même distance, la Niçoise, qui a aligné 15 kilomètres tous les jours sous le regard de son entraîneur Fabrice Pellerin, trouve là l’accomplissement d’une carrière jusqu’ici discrète en raison du relatif effacement du personnage.

Mais tout va changer désormais et elle s’en aperçoit très vite, Camille. En effet, dans la zone mixte, quelques secondes après son exploit, Nelson Monfort la passe sous une douche chaude de compliments franchement dégoulinants alors que, paraît-il, François Hollande cherche déjà à la joindre au téléphone.

Sur Twitter, Alexandre Boyon, qui a provoqué un mouvement massif vers la touche son des télécommandes, est la cible des haterz qui le propulsent en TT, à la vitesse des 50 derniers mètres de Camille Muffat. Mais les Jeux olympiques ne font que commencer sur France Télévisions…

  • 30 juillet
  • 20h40
  • Yannick Agnel
  • Natation (200 mètres nage libre)

Sans peur et sans reproche. Ainsi est Yannick Agnel, 20 ans, qui, s’il vous plaît, fait la nique à Ryan Lochte dans un final étourdissant. Au moins Michael Phelps avait senti la menace en renonçant à s’aligner sur 200 mètres après les sélections américaines. Champion olympique! Encore un succès pour Fabrice Pellerin, le coach que Yannick partage avec Camille Muffat et qui va finir par faire pâlir Philippe Lucas et toute sa quincaillerie. Franchement, il nous épate le jeune Agnel avec ses bonnes manières et sa façon de s’exprimer parfaitement maîtrisée qui foutrait la honte au premier footballeur venu. Impérial, vraiment, mais normal quand on a une maman prénommée Sissi.

  • 30 juillet
  • 20h55
  • Camille Lacourt
  • Natation (100 mètres dos)

Ah Camille Lacourt… Ce corps sublime perlé de cette eau désormais bénite venue de la piscine olympique qui vient de te consacrer Dieu de l’Olympe et ces yeux magnifiques embués d’émotion alors que Nelson Monfort t’envoie sa purée de superlatifs à la tronche. Sincèrement, on en avait rêvé avec toi, mais voilà, c’est fait: tu es champion olympique du 100 mètres dos après cette course incertaine jusqu’au bout à cause du retour de l’Américain Matt Grevers.

Camille Lacourt

Budapest, 10 août 2010. REUTERS/Laszlo Balogh

Tu es désormais une star éternelle du sport français et bientôt dans tous nos postes pour nous vendre tout ce que tu voudras bien nous vendre -on achète!- sans oublier tous les magazines qui feront le récit de ta vie privée -on achète aussi! Tiens, «Lacourt d’Angleterre», voilà un titre qu’on a déjà chopé à L’Equipe pour toi. Quelle journée pour la natation française avec ces deux médailles d’or en l’espace d’une demi-heure. Comme dirait Nelson, quel bonheur!

  • 31 juillet
  • 20h40
  • Camille Muffat
  • Natation (200 mètres nage libre)

Arrêtez le carnage! Pas le temps de s’en remettre et revoilà encore Camille Muffat au firmament du sport français après son nouveau titre de championne olympique du 200 mètres nage libre devant (encore) l’Américaine Allison Schmitt (qui l’a mauvaise sous son bonnet).

Deux médailles d’or qui font de Camille Muffat d’ores et déjà l’athlète française de l’année. Pas la peine d’aller chercher plus loin lors des palmarès de fin d’année aux environs de Noël: c’est elle! Bon, sinon, quatre médaille d’or en trois jours, faudrait peut-être que la natation française se calme sinon la presse espagnole va finir par nous parler de potion magique.

  • 1er août
  • 17h00
  • Lucie Décosse
  • Judo (-70kg)

Douze ans que le judo français n’avait plus glané le moindre titre olympique! Sydney, une paille! Double championne du monde, vice-championne olympique à Pékin, Lucie Décosse nous a tous renversés avec ce merveilleux uchi-mata -on ne sait pas ce que c’est, mais c’était rudement efficace- qui a envoyé valser son adversaire japonaise et nous a d’ailleurs donné envie de manger des sushis ce soir pour fêter ça.

  • 2 août
  • 19h15
  • Grégory Baugé, Kevin Sireau et Michaël D’Almeida
  • Cyclisme sur piste (vitesse par équipes)

C’est un millième de seconde qui leur était resté à travers la gorge depuis les championnats du monde de Melbourne en avril dernier. C’est par cet écart infime que Grégory Baugé, Kevin Sireau et Michaël D’Almeida avaient été coiffés au poteau en finale de la vitesse par équipes par les Australiens Perkins, Sunderland et Glaetzer. Cette fois, pas de photo finish sur «cette piste aux étoiles» comme le souligne Thierry Adam, très en verve.

  • 3 août
  • 17h10
  • Teddy Riner
  • Judo (+100kg)

Teddy Riner, 2,04m pour 138kg… Entre ici au Panthéon du sport français, blablabla… Franchement, personne ne pouvait te résister en cette journée où tu as enchaîné chez les 100kg et plus les ippons comme Nelson Monfort aligne les «vous nous avez ennnnnnnnnnnchaaaaaaaaaanntés» dans une journée. A 23 ans, te voilà presque aussi fort que David Douillet même s’il te manque une deuxième médaille d’or, dans quatre ans à Rio de Janeiro, pour définitivement mettre l’aîné k.o. Dans le sport français, on a rarement vu ça: quelqu’un dont on était absolument sûr depuis quatre ans qu’il allait gagner et qui l’a fait. D’ailleurs, on se frotte les yeux en relisant cette phrase.

  • 6 août
  • 18h40
  • Grégory Baugé
  • Cyclisme sur piste (vitesse individuelle)

Grégory Baugé a attendu son heure: celle de la finale de la vitesse où il règne en maître depuis plusieurs années. Comme Teddy Riner, l’une des médailles d’or françaises les plus attendues malgré la glorieuse incertitude du sport, il a été à l’or au rendez-vous (on ne sera pas les seuls à la faire celle-là, on prend un peu d’avance).

Pensez donc, un triple champion du monde qui aurait dû être un quadruple s’il n’avait été déchu de son titre en 2011 pour manquement à la règle de localisation en matière de contrôles anti-dopage. Après le titre par équipes, Grégory Baugé roule décidément sur l’or à Londres (voilà, c’est dit, bof, pas terrible ok, mais vous l’avez lu ici en premier)

  • 10 août
  • 17h30
  • Magalie Pottier
  • BMX

Comme à Pékin, la France réalise le doublé chez les filles en BMX! Quatre ans après Anne-Caroline Chausson sacrée devant Laëtitia Le Corguillé, Magalie Pottier gagne d’une roue face à Eva Ailloud qu’elle avait déjà devancée ce printemps lors des championnats du monde à Birmingham. Ok, et là, cher lecteur, tu te demandes soudain ce que c’est déjà que le BMX, cette compétition qu’on va encore écrabouiller la concurrence de toute notre domination pleine de morgue. Une explication pour toi ici.

  • 10 août
  • 17h40
  • Joris Daudet
  • BMX

A peine le temps de savourer le bonheur de Magalie Pottier et de comprendre comment roule un BMX, et qui voilà arriver à fond la caisse avec une médaille d’or autour du cou? Joris Daudet, champion olympique de BMX chez les messieurs dans le sillage d’une saison 2011 qui l’avait vu tout rafler avant une petite décélération de quelques mois (seulement deuxième des derniers championnats du monde).

Après ces quelques minutes glorieuses, le BMX devient notre nouveau sport national. Toutes les chaînes de télé évoquent le boom à venir sur les BMX et délèguent des équipes de reporters chez Décathlon histoire de mesurer l’engouement et les ruptures de stocks. La reprise économique est enfin là!

  • 11 août
  • 11h40
  • Arnaud Hybois et Sébastien Jouve
  • Kayak (K2, 200m)

Doubles champions du monde de la spécialité, Arnaud Hybois et Sébastien Jouve propulsent leur kayak biplace sur la surface plane du bassin d’Eton dans un silence rythmé par leurs pagaies qui battent l’eau au rythme des saccades de nos cœurs tout angoissés. Trente-trois secondes et 200 mètres après le coup de pistolet de départ, leur frêle esquif de 18kg coupe l’arrivée en premier. Et le kayak en ligne repart dans l’oubli pour les quatre années suivantes.

  • 11 août
  • 14h30
  • Julie Bresset
  • VTT

Plusieurs drapeaux «gwenn ha du» tout au long du parcours pour encourager la Briochine Julie Bresset, 23 ans, qui fonce vers ce titre olympique bien mérité dans les boueux sous-bois britanniques où les chutes se succèdent en raison de cette pluie incessante qui a accablé ces Jeux olympiques. Une (grande) Bretonne sous les averses pour conclure cette belle ruée vers l’or en Grande-Bretagne, quoi de plus normal en guise de bouquet final?

Nos regrets en or

  • L’équipe de France de handball: on a joué petit bras, c’est vrai, en ne leur faisant pas confiance à cause du couac des derniers championnats d’Europe.
  • Renaud Lavillenie (perche): satanée pluie britannique qui va transformer le concours en loterie.
  • Gévrise Emane (judo): elle aurait pu être Lucie Décosse.
  • Julien Absalon (VTT): trois titres olympiques de suite, nous n’avons pas osé y croire.
  • Tony Estanguet (canoë): ça sent encore la mauvaise surprise slovaque cette histoire.
  • Amélie Cazé (pentathlon moderne): on aurait bien voulu, mais nous ne sommes pas franchement spécialistes du pentathlon.

Yannick Cochennec

Edit: Nous avions par erreur mis Camille Lacourt dans les regrets sur 50m dos, mais l'épreuve ne figure pas au programme olympique.

Yannick Cochennec
Yannick Cochennec (574 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte