Euro-2012Euro 2012 directLife

Euro 2012: les Anglais vont-ils encore passer à côté?

Slate.fr, mis à jour le 09.06.2012 à 15 h 02

Grande habituée des phases finales ratées, l'Angleterre arrive avec peu de certitudes et un effectif réduit.

Les joueurs anglais après leur match amical contre la Belgique à Londres le 6 juin 2012, REUTERS/Nigel Roddis

Les joueurs anglais après leur match amical contre la Belgique à Londres le 6 juin 2012, REUTERS/Nigel Roddis

C'est le premier adversaire de l’équipe de France dans cet Euro. C’est aussi son meilleur ennemi. Voici l’Angleterre qui s’avance dans cette compétition sans trop de certitudes et dans la morosité ambiante. A tel point que les supporters des Three Lions seront bien peu nombreux à faire le déplacement en Ukraine. De l’autre côté du channel, on accueille avec fatalisme le futur plantage d’une sélection qui n’a rien gagné depuis 1966 mais qui, sur le papier, a quand même de beaux arguments. Les mangeurs de boeuf bouilli vont-ils se planter une fois de plus? Eléments de réponse.

Oui Ils sont nuls dans les grandes competitions

Mère patrie du foot, l’Angleterre a dans un premier temps snobé les tournois, jusqu’au mondial 1950. Elle a connu ses heures de gloire dans les mid 60’s, championne du monde 66 et 3e de l’Euro 68. Et depuis? Bah rien. Deux demi-finales (WC 90 et Euro 96) et un certain nombre de fiascos et de plantages, bien indignes de son rang et du championnat devenu le plus puissant du monde depuis une vingtaine d’années.

Il y a quatre ans, les Anglais n’étaient même pas qualifiés pour l’Euro. Il y a deux ans, ils prenaient une leçon de foot par l’Allemagne au mondial sud-af. C’est donc certain, ne pariez pas sur l’Angleterre, elle n’ira pas au-delà des quarts de finale.

Non Ils en ont marre qu’on les prenne pour des baltringues

Malgré l’immense plaisir que procure à tout un chacun de faire de l’English bashing gratis et à volonté, cette sélection anglaise demeure particulièrement dangereuse. Avec des gars comme Terry, Ashley Cole et Gerrard, elle compte des joueurs de grande expérience à des postes clés, capables, comme des vieux lions étendus sur des pierres plates, de distribuer des coups de pattes virulents.

L’orgeuil, on le sait, est le principal moteur des grands sportifs. L’orgeuil, on le sait, est aussi le principal moteur des sujets de sa vieillissante majesté. Vous aurez compris l’équation: sportif de haut niveau+britannique+honneur bafoué = gros danger si vous les prenez de haut et envie de montrer au monde qui sont les patrons. D’autant plus qu’Hodgson aura à ses côtés un ancien «combattant» de Man Utd, Gary Neville. Et puis c’est quand même le moment où jamais de faire plaisir à la reine non?

OuiIls ont un mental de poisson rouge

Pour le plaisir, on vous remet bien sûr la bourde de Robert Green il y a deux ans, dans une longue lignée de cagades, comme celle de Paul Robinson ou de David James... Bref, Joe Hart, au demeurant plus fiable que ses prédecesseurs, devrait avoir la main faible. Surtout, au-delà du plaisir coupable de voir un gardien, anglais qui plus est, poignarder son équipe dans le dos, cela traduit une sinistre cause du déclin anglais, l’absence de mental.

Là où les clubs britanniques brillent par leur soif de vaincre et de ne jamais rien lâcher (voir Chelsea cette année, ManU et le Fergie Time, Liverpool et le miracle d’Istanbul), la sélection semble avoir les genoux qui tremblent dès qu’il y a un peu d’enjeu. Rappelez-vous 2004 et l’effondrement face aux Bleus...

Et on connait l’incapacité légendaire des Brits à gagner aux pénalties. Comme les Pays-Bas, l’Angleterre perd toujours aux pénos: mondiaux 90, 98, 2006, Euros 96, 2004... «Le penalty nightmare» est sans fin, et touche les plus grands de la sélection: Gerrard, Terry, Lampard, Beckam, Carragher. Quand on sait que les pénos,c’est du mental...

Non Ils sont hyper compacts

Il est certain qu’en étant privé de Rooney pour les deux premiers matchs, de Barry, de Lampard, de Wilshere ou de Cahill, Roy Hodgson a perdu pas mal de ses armes principales, et de l’expérience. Néanmois, et en dépit de tous les commentaires vengeurs qu’on peut lire sur Albion, on est loin de voir une équipe faible.

Au contraire, débarassée de l’équation Lampard (où le faire jouer, comment le combiner avec Gerrard), l’Angleterre trouvera peut-être un meilleur équilibre et pourra s’appuyer sur un groupe compact. La défense, par exemple, est encore largement supérieure, sur le papier, à celle de la France ou des Pays-Bas. Terry est associé à Lescott, un joueur en pleine possession de ses moyens, de 29 ans, et titulaire en fin de saison à City.

Sur les côtés, Glen Johnson est certes un intermittent du spectacle, mais Ashley Cole demeure une très sérieuse réference à gauche, et pour le coup un joueur qui a un mental de vainqueur. Au milieu, on rappelle que Scott Parker est loin d’être cul-de-jatte à coté de Gerrard, et que sur les ailes, Walcott, Milner, Young ne sont plus des gamins. Sans oublier, Alex Oxlade-Chamberlain, jeune, certes, mais particulièrement brillant.

Reste la question de l’attaquant, tant il est vrai que ni Andy Caroll, ni Welbeck, ni Defoe ne sont au niveau de Rooney. Ils demeurent néanmoins des joueurs fiables, et Caroll a tout ce qu’il faut pour faire très mal physiquement aux défenses adverses, notamment à un Philippe Mexès...

Et puis dans les buts, Joe Hart s’apprête à devenir le meilleur gardien anglais depuis vingt ans et David Seaman. Preuve que cette équipe n’est pas en bois, le sélectionneur a même pu se permettre de laisser à la maison quelques valeurs sûres de la Premier League, comme Micah Richards, Michael Carrick ou Aaron Lennon.

OuiC’est le foutoir

Il y a deux Angleterres: celle de la reine Elisabeth, impassible et immortelle, bien propre sur elle, victorienne et dominatrice. Et puis il y a l’autre: bordélique, voyeuriste et prompte au scandale. En ce moment, la sélection est bien plus proche de la seconde. Pour rappel; le sélectionneur qui avait redressé l’équipe et l’avait qualifiée pour le tournoi, Fabio Capello, a quitté le navire pour cause de divergence avec ses boss de la fédération sur l’affaire Terry.

Pas l’histoire conjugale, pourtant déjà bien gratinée. Non, celle de racisme. Qui prive du même coup la sélection de Rio Ferdinand, frère d’Anton, le joueur insulté par Terry, et autre meilleur défenseur anglais du XXIe siècle. Débarqué à l’arrache le 14 mai, trente-spetième choix de la fédé, Roy Hodgson, un manager au talent reconnu dans le ventre mou de la Premier League, récupère le bébé, sans trop savoir s’il restera ou s’il est juste un intérimaire de luxe. Que peut-il faire?

Recoller les morceaux, laisser passer l’orage. Hélas, le ciel n’est pas avec Hodgson qui doit, en plus de ces remous internes, se priver de son meilleur attaquant, Wayne Rooney, suspendu pour les deux premiers matchs, et d’une ribambelle de blessés, forfaits pour le tournoi: Lampard, Cahill, Smalling, Barry, Wilshere et Darren Bent sont tous out. Du coup, Hodgson doit s’en remettre à des kids: Oxlade-Chamberlain, Welbeck, et au hardeur Andy Carroll. Dans ces conditions, impossible de briguer sérieusement mieux qu’un quart de finale.

Non Le groupe D n’est pas si terrible

C’est le moment d’arrêter de fantasmer sur les matchs amicaux des Bleus. Battre, l’Islande, l’Estonie et la Serbie c’est bien, sortir d’une guerre de tranchées avec l’Angeleterre, la Suède et l’Ukraine, c’est autre chose. Rappelons que la France a l’équipe la plus petite en taille et la moins expérimentée du tournoi, ce qui donnera sûrement des idées aux bucherons d’en face.

Les Anglais donc, hyper solides et assez expérimentés, n’ont rien à envier aux Français, et encore moins à la Suède et à l’Ukraine, limitées. Sur le papier, il n y a donc aucune raison pour qu’ils n’arrivent pas en quarts, avec la possibilité de mater ensuite l’Italie, voir l’Espagne, en s’appuyant sur l’expérience de Chelsea face à Barcelone.

Ludovic Job

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte