Monde

Elle s'est échappée de Corée du Nord: l'histoire de Hyeonseo Lee

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo TEDWeekends
Capture d'écran de la vidéo TEDWeekends

C’est la voix tremblante que Hyeonseo Lee raconte, sur le plateau de TEDWeekends, son évasion de Corée du Nord, et celle de sa famille, quatorze ans plus tard.

A 7 ans, la petite fille qui croyait vivre dans un pays normal assiste à sa première exécution publique. Elle en a sept de plus quand la crise alimentaire apparue dans les années 1980 –et qui persiste aujourd’hui– se transforme en véritable famine. Plusieurs centaines de milliers de personnes meurent. Lee est envoyée en Chine par sa famille, persuadée que les siens ne tarderont pas à la rejoindre. Sur la fuite à proprement parler, elle ne donne que peu d’informations.

A ce sujet, le webdoc The Defector, basé sur un film éponyme de la Canado-coréenne Ann Shin, vous donne la possibilité de suivre la fuite d’une Nord-Coréenne vers la Chine. Ce documentaire interactif très bien réalisé donne à voir les différentes –et peu réjouissantes– options qui se présentent à un évadé, permettant d’imaginer ce sur quoi Lee fait l’impasse (prison et rudes interrogatoires si vous vous faites attraper, passage de la frontière chinoise en barque, traversée de la jungle pour rejoindre le Laos...).

Pékin considérant les Nord-Coréens comme des migrants clandestins, Lee doit cacher son identité pendant dix ans. Elle se rend ensuite en Corée du Sud, plus accueillante, comme l’expliquait Stephane Pambrun sur Slate en 2011:

«Les quelques milliers de réfugiés qui, en cinquante ans, ont réussi leur fuite sont pris en charge par les autorités de Séoul. Un appartement, une prime d’installation et une allocation mensuelle, le temps de retrouver un emploi.»

Alors qu’elle commence s’adapter à son nouveau pays, elle apprend que les autorités nord-coréennes ont intercepté l’argent qu’elle envoyait à sa famille. Celle-ci va être envoyée dans un village perdu au fin fond de la campagne. Lee fait alors le chemin inverse, pour aider les siens à s’enfuir.

Mais au terme d’un long et dangereux périple, sa famille est emprisonnée au Laos pour être entrée illégalement sur le territoire. Considéré comme une escale relativement sûre pour les Nord-Coréens en fuite, le Laos en a récemment renvoyé neuf vers leur pays, soulevant la colère des défenseurs des droits de l’homme.

C’est finalement grâce à la générosité d’un étranger, qui lui donne plus de 600 dollars après avoir écouté son histoire, que Lee va réussir à sortir sa famille de prison, et la conduire finalement à l’ambassade de Corée du Sud. Un happy-end qui a réjoui le talk-show australien Special Broadcast Service (SBS), qui a réuni Lee et son «sauveur», un voyageur australien, lors d’une émission spéciale Corée du Nord.

Margaux Leridon

Newsletters

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Les xiao xian rou, des idoles chinoises pas assez viriles au goût du Parti

Les xiao xian rou, des idoles chinoises pas assez viriles au goût du Parti

Des stars comme Kris Wu ou Luhan font un malheur auprès des jeunes, mais elles ne correspondent pas aux idéaux machistes du Parti communiste chinois.

Newsletters