La mécanique des applaudissements expliquée par la science

The audience is shaking par Martin Fisch via FlickrCC

Le rideau tombe, fin du show, vous applaudissez. D’abord un «clap-clap» d’usage, un peu mou. Normal. Puis vous regardez discrètement autour de vous, sondez le niveau sonore des «clap-claps» alentour... Et bim, vous êtes soudain envahi d’une frénésie et d’un contentement immense. Cette représentation était fabuleuse. Vous clapez à vous rendre la paume écarlate.

Une nouvelle étude expliquée par le site Popsci indique que les spectateurs n’applaudissent pas tant parce que le show est bon. En fait, ils décident de la longueur de leurs applaudissements en fonction des applaudissements qu’ils entendent autour d’eux.

Le mimétisme est un virus

Cette recherche publiée dans le Journal of the Royal Society Interface fait partie d’une étude plus large sur les comportements viraux. Applaudir est un geste simple qui se répand dans une audience de manière virale. Et il est aussi infectieux qu’un vrai virus.

Lorsque les scientifiques ont reporté sur un graphique le moment où le public commençait à applaudir et le moment où il s’arrêtait, ils ont abouti à une courbe sigmoïdale: soit, en forme de «S». Exactement comme les personnes infectées par un virus, qui ensuite retrouvent leur état normal.

La courbe noire du graphique représente le moment où les membres du public ont commencé à applaudir. La courbe rouge elle, représente le moment où ils ont arrêté. La petite ligne verte, elle, montre ceux qui sont actuellement en train d’applaudir. Le tout, agrégé sur 12 représentations-tests.

Les chercheurs venus de Suède et d’Allemagne sont un groupe de mathématiciens et de biologistes. Ils ont accumulé leurs données à partir de présentations PowerPoint testées sur des petits groupes d’étudiants. Le journaliste de Popsci se demande d’ailleurs si ce n’est pas la raison pour laquelle ils en ont déduit un lien entre applaudissement et niveau de plaisir!

Le phénomène social vu par des équations

Après les graphiques, ils ont mis au point quelques savantes équations qui couvraient différents modes d’applaudissements. Parmi lesquels:

  1. «tout le monde applaudi pendant un certain temps»
  2. «les gens sont plus enclins à applaudir si une grande partie de la salle applaudit déjà»
  3. «les gens commencent à applaudir lorsque ceux qui les entourent applaudissent»

Ils ont ensuite comparé leurs équations pour trouver celle qui correspondait le mieux aux données enregistrées pendant la présentation du PowerPoint.

Résultat: les auditeurs étaient davantage influencés par le «clap-clap» général de la salle. Ils se fondaient en fait sur celui-ci pour décider quand commencer à applaudir, et quand s’arrêter. Et il ne faut pas négliger non plus la petite part de personnes qui n’aime tout simplement pas applaudir longtemps.

Le marketing viral, c'est la vie

Le rideau tombe, fin du show, vous attendez. Fort de cette nouvelle connaissance, vous observez les gens autour de vous et pensez: «Moi je sais pourquoi ils applaudissent.» Mais ce n’est pas franchement le but principal de cette étude. Elle est destinée à trouver une méthode que d’autres pourraient utiliser par la suite, pour analyser les phénomènes culturels. Par exemple: combien de temps décide-t-on de rester inscrit à un réseau social?

La science de la viralité est un domaine de recherche très important aujourd’hui. Les as du marketing s’y sont déjà intéressé. Les théories pullulent sur Internet. Des 8 conseils pour devenir viral, à l'historique d'un contenu viral, à la recette secrète d'un phénomène viral... La science du marketing viral est le nouveau domaine indispensable qu'il faut maîtriser.

A LIRE AUSSI