Monde

Selon le New York Times, la France actuelle ressemble à celle des années 30

Temps de lecture : 2 min

François Hollande le 6 avril 2012. REUTERS/Laurent Cipriani/Pool
François Hollande le 6 avril 2012. REUTERS/Laurent Cipriani/Pool

Le quotidien américain ne fait pas de cadeau à la France. Dans un éditorial signé d'un ancien correspondant du New York Times en Europe, le journal explique que la France de 2013 n'est pas loin de ressembler à cette des années 30. La situation politique actuelle aurait un air de «déjà vu» selon l'expression que les Américains adorent utiliser en français.

Le New York Times rappelle les faiblesses de la IIIe République et souligne son «incapacité à s'adapter, d'abord à la dépression économique, ensuite au réarmement allemand, n'a pas seulement souligné la faiblesse d'une classe dirigente portant des oeillères, n'ayant que ses intérêts en vue, mais a aussi créé un vide qui, dans les années 30, a été complé par les extrêmistes, de droite comme de gauche».

Les difficultés à mener les réformes du gouvernement actuel, la faible côte de popularité de François Hollande, face à une droite émiéttée, à la popularité du Front National, et à l'évocation des «ligues» dans le débat public à la suite de l'assassinat de Clément Méric: tout cela est de très mauvais augure, selon le quotidien. Et il ajoute à sa sombre énumération le fantasme de coup d'état qui avait été rapporté par L'Opinion.

«Dans un pays habitué à un président fort, le coeur du problème se situe dans la faiblesse perçue chez Hollande, et la confusion qui règne au sein de son gouvernement. Si la conséquence était un soutien enthousiaste du mouvement conservateur UMP, qui a perdu le pouvoir avec l'échec de Nicolas Sarkozy l'an dernier, le système politique en lui-même pourrait demeurer solide. Mais les profondes divisions au sein de la droite n'ont fait qu'ajouter au sentiment d'avoir là un pays à la dérive».

Charlotte Pudlowski Rédactrice en chef de Slate.fr

Newsletters

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Les États-Unis séparent désormais les parents migrants de leurs enfants

Pour dissuader les nouvelles arrivées, l'administration Trump sépare les familles qui traversent la frontière avec le Mexique. Même les enfants en bas âge sont concernés.

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Newsletters