Monde

Des Américains voulaient construire un «rayon de la mort» pour tuer «les ennemis d’Israël», dont Obama

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 21.06.2013 à 17 h 18

High Power Green Laser / FastLizard4  via FlickrCC License by

High Power Green Laser / FastLizard4 via FlickrCC License by

Deux Américains qui disent avoir des liens avec le Ku Klux Klan ont été arrêté mercredi 19 juin et inculpés de complot en vue de fournir un soutien matériel à des terroristes, pour avoir planifié la construction d'un rayon X destiné à tuer «les ennemis d'Israël», selon ABC News. Le projet consistait à construire le rayon, à l'entreposer dans un camion et à le déclencher à distance.

Les deux New-Yorkais, Glenn Scott Crawford et Eric J. Feight, ont été arrêtés par le FBI après une enquête de quinze mois et la participation de plusieurs enquêteurs infiltrés. Tout a commencé quand Crawfort a contacté la synagogue de la ville d’Albany (Etat de New York) et une organisation juive non identifiée, dans l’espoir d’entrer en contact avec quelqu’un «qui pourrait l’aider à construire une technologie qui pourrait être utilisée par Israël pour battre ses ennemis –et plus précisément, pour les tuer pendant leur sommeil», raconte le quotidien Haaretz, les réduisant à l’état de «pile de corps fumants»…

Avec leur «Hiroshima commandé par un interrupteur», les deux hommes pensaient pouvoir tuer les victimes par les doses mortelles de radiations diffusées pendant la nuit, sans qu'elles ne se rendent compte instantanément qu’elles étaient en danger.

Selon ABC News, «Crawford a identifié des cibles spécifiques», en particulier des musulmans. Mais aussi un parti politique et un responsable de premier plan, qui serait Barack Obama lui-même selon les enquêteurs.

L’homme aurait également fait un voyage en Caroline du Nord pour demander à un haut responsable du Ku Klux Klan de lui fournir de l’argent pour mener à bien son projet.

Selon Fred Mettler, le représentant du Comité scientifique de l'ONU sur les conséquences des émissions radioactives, ce projet n’avait pas de grandes chances de fonctionner. «Je ne sais pas si un de ces objets pourrait être utilisé comme un pistolet pour viser quelqu’un dans la rue», a-t-il dit. Diriger un tel rayon n’est possible qu’à petite échelle, comme dans le traitement des cancers: l’arme aurait nécessité d’énormes quantités d’électricité, et les cibles potentielles auraient dû rester immobiles pendant un long moment.

Les deux hommes risquent 15 ans de prison.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte