Corée du Nord: «Mein Kampf» pour l'anniversaire de Kim Jong-un

Kim Jong-un, le 24 mars 2013, KCNA/REUTERS

Des responsables nord-coréens de haut niveau ont reçu des copies de Mein Kampf, le livre écrit par Adolf Hitler en prison, comme cadeau pour l’anniversaire de Kim Jong-un en janvier, peut-on lire sur le site New Focus International, un média spécialisé sur la Corée du Nord qui recueille ses informations chez les transfuges du régime et des citoyens volontaires.

La plupart des livres sont interdits en Corée du Nord, mais la tristement célèbre autobiographie aurait été distribuée en tant que «livre à cent copies», une pratique qui consiste à faire circuler un nombre très limité de copies d’un livre parmi les responsables de haut niveau à Pyongyang.

Les cadeaux offerts par Kim Jong-un, qui vont de tenues de sports importées à des CD et des livres étrangers traduits, sont bien différents de ceux de son père Kim Jong-il, qui préférait offrir des produits de luxe étrangers comme de l'alcool ou des vêtements, rapporte New Focus.

Selon un Nord-Coréen qui travaille pour son pays en Chine cité par le site, le livre n’a pas été distribué pour promouvoir le nazisme mais pour mettre l’accent sur la reconstruction économique et militaire de l’Allemagne après la Première Guerre mondiale:

«Kim Jong-un a donné une conférence à des responsables de haut niveau en soulignant que nous devions poursuivre la politique de “Byungjin” en termes de développement économique et nucléaire. En rappelant qu’Hitler avait réussi à reconstruire l’Allemagne en peu de temps après la défaite de la Première Guerre mondiale, Kim Jong-un a donné l’ordre que le Troisième Reich soit étudié en profondeur pour que des applications pratiques en soient tirées.»

«Byungjin», qui signifie littéralement «en tandem», fait référence à la politique officielle de développement d’un programme nucléaire et de l’économie simultanément.

Quelle que soit la fascination de Kim Jong-un pour le redressement économique de l’Allemagne dans l’entre-deux-guerres, il y a peu de chances pour que lui ou son staff en apprennent beaucoup dans Mein Kampf. «Les mémoires d’Hitler sont connues pour leur idéologie fulminante, mais aussi pour leur incohérence sur les principes économiques de base», rappelle The Washington Post.