Life

Pourquoi les paquets de céréales sont difficiles à refermer

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 29.05.2013 à 10 h 59

New Republic

New Republic

Paul Lukas est un journaliste qui s’est spécialisé dans l’investigation autour de petits détails et d’objets du quotidien. Fidèle à cette ligne de conduite, il vient de publier un article fascinant sur les types de fermeture des paquets de céréales de marques vendues aux Etats-Unis, dans la chronique «One-Man Focus Group» qu’il anime sur le site New Republic.

Il y a dans ce pays deux types d’ouverture. La première est constituée d’une fente, dans laquelle la languette du rabat est insérée. C’est le modèle le plus courant, mais il peut potentiellement énerver l’utilisateur: si vous pressez trop fort sur la fente pour refermer votre paquet, vous risquez de la déchirer et de passer un très mauvais début de matinée.

L’autre modèle possède deux rabats qui s’imbriquent l’un l’autre, sans fente. C’est le meilleur, nous affirme le journaliste, qui s’est renseigné auprès de consommateurs, de fabricants du secteur et de médias spécialisés dans le packaging. Chez Kellogg’s, géant de la céréale en paquets, on utilise plutôt le modèle sans fente, mais les plus petites boîtes ont, elles, une fente. La marque Quaker utilise aussi ce système de fente.

A gauche, le modèle avec fente. A droite, le modèle sans fente. Source: New Republic

Or tous les spécialistes interrogés par Paul Lukas sont d’accord, le modèle sans fente est supérieur: plus fonctionnel, plus robuste, moins gourmand en carton donc plus écologique et moins cher à produire! Alors, pourquoi l’industrie agroalimentaire s’accroche-t-elle à l’autre système? «Parce que les gens pensent que la version sans fente est moins sûre», affirme Pat Shields, le directeur d’une agence de design. Les Américains devraient donc commencer à boycotter les modèles à fente pour que les choses changent enfin, écrit Lukas. Une cause comme une autre.

Les consommateurs sont sensibles au packaging et à ses désagréments, comme en témoignent les innombrables groupes Facebook consacrés au cauchemar des «ouvertures faciles». Bonduelle met en avant ses boîtes de type 5/1 avec ouverture facile «depuis 2008» sur son site. Mais la sensibilité du consommateur évoluant, le packaging sobre et durable sera sans doute le prochain argument marketing avancé par les industriels.

Le responsable de Flexible Packaging Europe, qui regroupe les professionnels européens du secteur, interviendra ainsi au prochain sommet spécialisé, le Top Packaging Summit en Suède, pour défendre les vertus du packaging durable et du recyclage, écrit le site spécialisé Packaging World.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte