Monde

L'impolitesse des touristes chinois agace le gouvernement

Robin Panfili, mis à jour le 28.05.2013 à 13 h 08

Get away / Seth Werkheiser via Flickr License by

Get away / Seth Werkheiser via Flickr License by

«Ding Jinhao a visité cet endroit.» Voilà ce qui a été griffonné le 27 mai par un adolescent chinois de 15 ans sur le mur d’un temple de la cité pharaonique de Louxor. Le geste de l’adolescent, au coeur de ce célèbre monument, a provoqué une flopée de critiques en Egypte mais aussi sur les réseaux sociaux chinois où les internautes se sont emparés de l’affaire afin de dénoncer le comportement de certaines élites jugées arrogantes et impolies lorsqu’elles se déplacent à l’étranger.

Cité par Quartz, un guide touristique chinois en Egypte explique qu’il «n’avait jamais vu ce genre de comportement venant des touristes» et que «jusqu’à récemment, les touristes chinois se rendant en Egypte étaient peu nombreux et se comportaient correctement».

L’arrogance et l’impolitesse des touristes chinois est-elle vraiment un mal grandissant? Nul ne le sait, mais selon Quartz, le phénomène devient de plus en plus inquiétant au regard de sa croissance et de l’accumulation des «dérapages». Le tourisme chinois, dopé par une nouvelle classe aisée, représentait un trafic de presque 83 millions de personnes en 2012 (contre 10 millions en 2000).

Des incivilités, que Quartz énumère, sont constatées un peu partout dans le monde. Il y a ces touristes chinois qui ignorent les coutumes vestimentaires des temples bouddhites de Thaïlande, ceux qui envahissent une université sud-coréenne pour y faire des photos de mariage, ceux qui mettent un peu trop l'ambiance (en chanson) dans un restaurant pour un anniversaire, ceux qui autorisent leurs enfants à déféquer en public ou ceux qui, de manière générale, se comportent mal, comme à Singapour, explique le New York Times.

Le phénomène a pris suffisamment d’ampleur pour que le vice-Premier ministre chinois, Wang Yang, dénonce ces comportements, le 17 mai.

«Ils parlent fort en public, dégradent les attractions touristiques en écrivant dessus, ils traversent la route alors que les feux sont toujours rouges, ils crachent n’importe où (...) Cela endommage l’image du peuple chinois à l’étranger.»

Une nouvelle loi sur le tourisme devrait donc entrer en vigueur en octobre, explique le Tapei Soir. Les agences de voyage pourront résilier leur contrat avec les touristes qui ne respectent pas «l’éthique sociale» des pays visités. Une stratégie qui permettrait également, selon le gouvernement, d’améliorer l’état d’esprit des touristes étrangers se rendant en Chine.

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte