Monde

Né en prison il y a 19 ans, un Indien libère sa mère

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de BBC News.
Capture d'écran de BBC News.

L'histoire rapportée par la BBC est presque incroyable. Après près de vingt ans d'emprisonnement, une femme a été libérée par son fils, né en prison, qui a rassemblé assez d'argent pour payer sa caution.

Cela se passe en Inde. Vijay Kumari est condamnée pour meutre en 1994. Rapidement, elle obtient une libération sous caution mais est incapable de payer les 140 euros (120 livres) réclamés. Elle reste donc enfermée pendant dix-neuf ans, oubliée par la justice.

«Je pensais que j'allais mourir en prison. Ils me disaient à l'intérieur que personne ne sort jamais,» raconte-t-elle à la BBC.

C'est finalement son fils qui, après avoir passé son enfance en foyer, économise le salaire qu'il gagne dans un atelier textile pour engager un avocat et faire libérer sa mère.

Pour le journaliste de la BBC, cette histoire n'est pas un cas isolé. Près de 70% des personnes incarcérées en Inde seraient en attente de procès et beaucoup parmi elles ont déjà passé plusieurs années derrière les barreaux.

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

Si l’escalade militaire entre Téhéran et Tel-Aviv sur le théâtre syrien est inédite, les enjeux géopolitiques dans la région réduisent les risques de dérapage en guerre ouverte.

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Newsletters