Monde

Né en prison il y a 19 ans, un Indien libère sa mère

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de BBC News.
Capture d'écran de BBC News.

L'histoire rapportée par la BBC est presque incroyable. Après près de vingt ans d'emprisonnement, une femme a été libérée par son fils, né en prison, qui a rassemblé assez d'argent pour payer sa caution.

Cela se passe en Inde. Vijay Kumari est condamnée pour meutre en 1994. Rapidement, elle obtient une libération sous caution mais est incapable de payer les 140 euros (120 livres) réclamés. Elle reste donc enfermée pendant dix-neuf ans, oubliée par la justice.

«Je pensais que j'allais mourir en prison. Ils me disaient à l'intérieur que personne ne sort jamais,» raconte-t-elle à la BBC.

C'est finalement son fils qui, après avoir passé son enfance en foyer, économise le salaire qu'il gagne dans un atelier textile pour engager un avocat et faire libérer sa mère.

Pour le journaliste de la BBC, cette histoire n'est pas un cas isolé. Près de 70% des personnes incarcérées en Inde seraient en attente de procès et beaucoup parmi elles ont déjà passé plusieurs années derrière les barreaux.

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters