Monde

Un cartel de la pomme de terre en Allemagne?

Annabelle Georgen, mis à jour le 14.05.2013 à 14 h 28

Hörnchen Kartoffeln / barockschloss via FlickrCC License by

Hörnchen Kartoffeln / barockschloss via FlickrCC License by

Rien ne va plus au pays de la Kartoffel. D'après des informations du quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung, les gros fournisseurs de pommes de terre allemands sont soupçonnés de s'être entendus sur les prix durant les dix dernières années.

La semaine dernière, l'Office fédéral de lutte contre les cartels a procédé à des perquisitions dans les locaux de neuf distributeurs et livreurs de pommes de terre allemands, dont le tabloïd Bildzeitung publie la liste. L'existence d'un cartel est fortement soupçonnée, mais n'a pour l'instant pas encore été prouvée. On ignore également ce qui a pu éveiller les soupçons des enquêteurs. D'après la presse allemande, il est probable qu'il s'agisse d'un repenti qui aurait décidé de tout avouer afin d'éviter d'être à son tour poursuivi par la justice.

D'après le Süddeutsche Zeitung, la marge sur la vente d'une tonne de pommes de terre se chiffrait environ à 10 euros nets il y a une dizaine d'années. Mais depuis, cette marge a parfois frisé la barre des 100 euros. On ignore encore de quelle façon producteurs et livreurs se seraient entendus sur les prix. Interrogé par le Süddeutsche Zeitung, un expert du secteur qui a requis l'anonymat imagine le modus operandi suivant:

«Le cartel a dû fonctionner de manière très simple. Peu de papier, beaucoup de confiance: il devait y avoir une sorte de meneur qui devait appeler les collègues avant que les grandes enseignes discount ne passent commande et qui fixait le prix de la semaine. Les offres devaient ensuite se différencier d'un ou quelques cents à peine.»

Etant donné la popularité de la pomme de terre en Allemagne –chaque habitant en consomme en moyenne 30 kilos par an, et 70% des pommes de terre à la vente sont produites en Allemagne– cette augmentation des prix, minime en apparence, aurait permis aux professionnels du secteur de gagner des centaines de millions d'euros sur le dos des consommateurs.

D'après Der Spiegel, les producteurs de pommes de terre auraient eux aussi été floués par le cartel supposé, qui se serait également entendu sur les prix des plants de pommes de terre.

Reste à savoir quelle suite judiciaire aura cette affaire si l'existence d'un tel cartel est confirmée. Car dans ce cas, comme le souligne le Süddeutsche Zeitung, les victimes seront difficiles à identifier:

«Les clients trompés peuvent demander réparation. Mais les commerçants ont-ils été trompés ou bien ont-ils eux aussi profité des prix élevés, parce qu'au final les consommateurs payent? Et que faire avec les paysans? Les membres supposés du cartel auraient décidé quel agriculteur avait le droit de livrer à quel acheteur.»

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte