Monde

[INFOGRAPHIE] Regardez les météorites s'écraser sur la Terre

Temps de lecture : 2 min

La collision d'un planétoïde avec la terre alors qu'elle était encore toute jeune via Donald Davis
La collision d'un planétoïde avec la terre alors qu'elle était encore toute jeune via Donald Davis

Il est important de garder à l’esprit que nous n’avons qu’une chance sur plus de 74 millions de mourir d’un impact d’astéroïde.

Maintenant, vous pouvez écarquiller les yeux devant Bolides, l’animation de Carlo Zapponi, que présente The Guardian. On y voit, l’une après l’autre, 1.046 météorites s’écraser sur la surface de la Terre, de 2.500 av. J.C. à 2013. Et 1.046, c’est très peu.

En fait, près de 35.000 météorites sont déjà entrées en collision avec notre planète. L’infographie ne représente que celles qu’on a vu tomber de nos yeux, soit 3% du total.

Si le nombre vous impressionne, attendez un peu de comparer les tailles. Souvenez-vous, en février, de la stupéfaction suscitée par la météorite qui s’est écrasée dans l’Oural: et bien, c’était un petit poids de 100 kilos, comparé à celle de 23 tonnes tombée en 1947, également en Russie. C’est l’un des atouts majeur de cette infographie: on peut naviguer entre les cartes d’identités de chacun des gros cailloux.

Si naviguer entre les astéroïdes qui nous sont déjà tombés sur la tête ne vous a pas refroidi, osez jeter un œil à ceux qu’on attend. Mais rassurez-vous, en dehors de Bruce Willis, des solutions existent.

Marion Degeorges

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters