Sports

Deux ans après, l'homme qui a frappé involontairement Obama lors d'une partie de basket s'explique

Temps de lecture : 2 min

Reuters
Reuters

C'était il y a deux ans. Lors d'une partie de basket entre amis, Barack Obama reçoit un mauvais coup de coude à la lèvre. Résultat: 12 points de suture. L'adversaire qui l'a malencontreusement frappé était Reynaldo Decerega, 40 ans, directeur des programmes de l'Institut Congressional Hispanic Caucus.

L'homme que l'on a affublé du surnom «The Elbow» —«le coude» en français— est revenu pour la première fois sur cet épisode dans les pages du Boston Globe. Plus de huit cents jours après les faits, cet ancien professeur d'histoire qui coache des jeunes depuis vingt ans n'arrive toujours pas y croire:

«J'ai joué au basketball un million de fois dans ma vie et je n'ai jamais donné de coup de coude à qui que ce soit. Donc la première fois que ça m'arrive, ça tombe sur le président des Etats-Unis? Quelle était la probabilité? Zéro, n'est-ce pas?»

Pas de drame cependant, Barack Obama lui a même envoyé une carte trois jours après l'incident:

«A Rey, le seul type qui a réussi à frapper le président et qui n'a jamais été arrêté. Barack.»

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

La basketteuse Bilqis Abdul-Qaadir avait tout pour devenir un symbole de réussite de la jeunesse musulmane américaine. Mais la Fiba lui a barré l’accès aux terrains, en raison de son voile.

Le sport pourrait favoriser les fuites urinaires chez les femmes

Le sport pourrait favoriser les fuites urinaires chez les femmes

On peut être jeune, sans enfant et souffrir d’incontinence urinaire à l’effort. Si le sport est révélateur de ce handicap, il peut aussi en être à l’origine. Mais ce n’est pas une fatalité.

L'équipe féminine de football des États-Unis poursuit sa fédération en justice

L'équipe féminine de football des États-Unis poursuit sa fédération en justice

Vingt-huit joueuses ont décidé d'attaquer la fédé américaine pour discrimination liée au genre.

Newsletters