Économie

Prenez un diminutif, vous gagnerez plus

Temps de lecture : 2 min

If I had a pound for every time someone spelled my name like this, I'd be a rich man Neil T via Flickr CC License by

Les personnes avec des noms très courts gagneraient plus que les autres selon une étude réalisée par le site de jumelage emploi-travailleur The Ladders reprise par le site Quartz. Les parents auraient ainsi tout intérêt à appeler leurs fils Chris plutôt que Christopher s'ils veulent qu'il perce professionnellement.

Réalisée à partir des six millions de membres du site, l'étude conclut que chaque lettre supplémentaire dans un prénom correspond à une perte salariale annuelle de 3.600 dollars.

Pour trouver ces résultats, le site a analysé le salaire de 24 paires de noms. Tous illustrent le même phénomène: les Sarah gagnent moins que les Sara, les Stephen moins que les Steve. Seuls les Lawrence font exception en gagnant plus que les Larry.

Un professeur de management à l'université Marquette explique ces observations par le fait qu'un diminutif tel que Bill ou Bob peut rendre un PDG plus abordable et, par conséquent, l'aider à réussir. L'échantillon utilisé par l'étude n'est cependant pas représentatif, puisque plus de 3% des membres ont des postes à responsabilité au sein d'une entreprise.

Une étude similaire réalisée par le site LinkedIn en 2011 montrait que cette surreprésentation des diminutifs ou des noms très courts parmi les PDG était une spécificité américaine.

Cécile Schilis-Gallego

Newsletters

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

L'effet Ikea: quand galérer nous fait kiffer

Plus nous passons de temps à monter des meubles ou à assembler des objets, plus nous leur accordons de valeur émotionnelle et financière.

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Dans un ouvrage drôle et percutant, l'essayiste suédoise Katrine Marçal revient sur l'une des plus fameuses théories économiques. Et pas mal d'autres certitudes.

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Chez les trentenaires, les hommes empruntent bien plus à leurs parents que les femmes

Plus les jeunes adultes vieillissent, plus l'écart entre les genres se creuse.

Newsletters