Monde

Les «shidu», ces parents qui ont perdu leur enfant unique, se retrouvent sur Internet

Robin Panfili, mis à jour le 03.05.2013 à 17 h 00

Capture d'écran du forum Bereft in China

Capture d'écran du forum Bereft in China

Dans un pays où Internet n’est pas toujours le bienvenu, une nouvelle culture en ligne émerge sur des sites et différents forums communautaires. Une culture en ligne à laquelle s'est intéressé BuzzFeed.

Elle n’est pas née d’une idée révolutionnaire, ni d’un soudain éclair de génie. Elle est née dans la douleur et dans le deuil de parents chinois ayant perdu leur enfant. Leur seul enfant. Car il en est ainsi en Chine pour la plupart des familles, la politique de l’enfant unique n’autorise pas les couples à avoir plus d’un enfant. Alors, parmi les parents trop âgés pour donner naissance à un autre bébé, il y a les «shidu» («ceux qui ont perdu leur unique enfant»). On les appelle parfois «les victimes de 1979», date à laquelle a débuté le contrôle des naissances en Chine.

Pour partager leur peine, ces familles endeuillées se retrouvent sur Internet. Les réseaux sociaux se sont révélés être particulièrement utiles pour cette frange de la population, cette «classe invisible», comme l’évoque BuzzFeed. Là, ils dialoguent, ils partagent des souvenirs, des sentiments et discutent du traitement que le gouvernement réserve aux «shidu».

Sur l’équivalent de Skype en Chine, QQ Messenger, ils partagent leurs conseils pour remonter la pente. Yahoo China a créé une section de son site à la destination des famille «shidu» où ils peuvent lire des témoignages, des histoires similaires à la leur... D’autres optent pour des sites communautaires: Home for the Shidu ou Bereft in China où les parents discutent des droits des familles «shidu» et  organisent des rassemblements dans tout le pays. L’une des dernières initiatives s’appelle Sanxiang Parents’ Plan. Le site d'aide aux familles a été fondé par de jeunes volontaires sensibilisés par les difficultés d’adoption rencontrées par les familles «shidu».

Aujourd’hui, les autorités chinoises pourraient envisager une réforme de la politique de l’enfant unique. Il faut dire que l’opinion n’est plus vraiment favorable à cette logique. Dans une histoire que relate Le Monde, le pays s’était ému, au cours de l’été 2012, du sort de Feng Jianmei, une mère originaire de la province du Shaanxi (centre du pays). Enceinte d’un second enfant, elle a été amenée de force à l’hôpital pour subir un avortement au septième mois de grossesse, après avoir refusé de payer l’amende de 40.000 yuans (4.800 euros) imposée par les agents du planning familial. Une photo de la femme, épuisée sur son lit d’hôpital, avait soulevé l’indignation et forcé le régime à indemniser sa famille.

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
foruminternetdeuilparentsshidu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte