Monde

Le parasite qui pousse les souris à se jeter dans la gueule des chats

Marion Degeorges, mis à jour le 02.05.2013 à 12 h 13

Cat with a mouse de Steei via FlickrCC

Cat with a mouse de Steei via FlickrCC

Une souris renifle l’air et détecte une odeur d’urine de chat. Soudain, elle se rue vers la source… Directement dans la gueule du minet. Cet étrange élan suicidaire est l’œuvre d’un parasite unicellulaire appelé Toxoplasma gondii et c’est le journaliste scientifique Ed Yong qui le raconte sur le site du National Geographic.

Parasite vampirisateur 

Le drôle de parasite (que les femmes enceintes connaissent bien puisqu'il est l'agent de la toxoplasmose) a pris le contrôle du cerveau de la souris et l’a transformée en rongeur de Troie. Son but: finir sa course à l'intérieur du chat. Le T.gondii, ou Toxo, peut infecter beaucoup de mammifères, mais capricieux, il ne finit sa vie que dans les entrailles d’un chat.

Pour se faire, il vampirise subtilement le repas préféré du félin. Si subtilement qu’il est même difficile de reconnaître une souris infectée d’une souris saine. Le seul indice: l’urine de chat. Toutes les souris en ont une peur innée. Même celles nées en laboratoire, qui n’ont jamais croisé un chat de leur vie. Seuls les rongeurs sous l’emprise du Toxo manquent cruellement de flair.

Depuis quelques années, le Toxo a infiltré les cellules grises d’une autre proie: la chercheuse Wendy Ingram de l’université de Berkeley. Elle est depuis longtemps fascinée et obsédée par la domination du Toxo sur le cerveau

«J’ai été frappée qu’un parasite unicellulaire en sache plus sur nos cerveaux que nous-mêmes.»

Parasite fantôme

Une fois infiltré, le Toxo se fait un lit douillet dans les neurones, où il fabrique des kystes bénins. Ensuite, il injecterait une substance qui affecterait certaines zones du cerveau, comme celle qui contrôle la peur. Encore plus frappant: les symptômes provoqués sont permanents. D’après le travail de Wendy Ingram, même débarrassés du Toxo, les souris n’ont toujours pas peur des odeurs félines! Rien à voir avec leur odorat, le parasite bidouille seulement leur chat-dar (radar à chat).

Au sein de la communauté scientifique, la découverte de Wendy Ingram est considérée comme une grande avancée. La substance créée par le parasite dans le cerveau persiste après le départ du Toxo. Soit elle est super résistante, soit elle re-câble entièrement les neurones entre eux, permettant aux effets de survivre au parasite. Cette hypothèse a été développée par le laboratoire de l’université de Stanford. D’après ses chercheurs, la mystérieuse substance qu’injecte le Toxo pourrait contenir des protéines qui modifient définitivement les liaisons d’un neurone.

Cela reste à l'état d'hypothèse, mais les chercheurs s'intéressent également à l'influence du Toxo chez l'homme. Certains liens ont déjà été fait entre le parasite et la schizophrénie

Marion Degeorges
Marion Degeorges (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte