Life

Qu'est-ce qui est le plus douloureux, un coup dans les testicules ou un accouchement?

Marion Degeorges, mis à jour le 29.04.2013 à 19 h 22

Photo: henryca03 via Deviantart CC

Photo: henryca03 via Deviantart CC

C’est sans doute la question la plus importante de l’univers après «Qui de l’œuf ou de la poule?»: qu'est-ce qui est le plus douloureux, un coup de pied dans les testicules ou un accouchement? C'est en tout cas la problématique à laquelle s'est attaquée la chaîne YouTube ASAP Science

Avant de commencer, établissons qu’un coup dans les testicules peut aussi s’appeler un CDLC (coup dans les couilles, ou KITG en anglais).

Comment comparer?

Le débat est houleux. Obstacle non négligeable: aucun homme ou femme ne pourra jamais ressentir chacune des douleurs pour les comparer. Quoique... Il faudrait demander à Thomas Beatie, le premier homme de l’humanité à avoir donné naissance, aujourd’hui père de trois enfants.

D’un point de vue scientifique, il est délicat d’évaluer la douleur. Il n’existe pas d’unité réelle de mesure. Pourtant, une douleur est bien perçue par des neurones sensoriels: les nocicepteurs. Ce sont eux qui envoient le message «bobo» au cerveau.

Mais comme le montre la vidéo, la perception de la douleur est subjective. Elle varie selon le contexte, l’humeur ou le passé du sujet.

Sauf que là où la douleur d’un CDLC ne dépend que de la force de l’émetteur,  il y a peut-être autant de douleurs qu’il y a d’accouchements. L’intensité est propre à la femme, aux conditions, au traitement... Les femmes, ces chanceuses, peuvent par exemple accoucher sans douleur. Là où un CDLC sera toujours aussi douloureux qu’un CDLC.

Le facteur de peur

Un coup dans les valseuses n’a rien de tabou. Ca fait mal, tout le monde le sait. Mais la douleur de l’accouchement est entourée d’un épais nuage de fumée qui effraie encore plus les novices.

L’intensité de la douleur, les femmes qui y sont passées ont tendance à la cacher. Et c’est sans doute une bonne chose pour le taux de natalité.

Sauf que les femmes peuvent cesser d’avoir peur de la douleur de l’accouchement après 50 ans. Les hommes, eux, doivent vivre avec cette angoisse d'un CDLC chevillé au corps jusqu’à la fin.

Pour cette guerre des sexes, il n'y a donc pas vraiment de vainqueur. Mais on ne vous a pas tout dit: une expérience de l’émission hollandaise Proefkonijnen montre deux hommes expérimenter la douleur que représente un accouchement. Mais ils l’ont vécu pendant deux heures, là où un accouchement en prend en moyenne huit.

Marion Degeorges
Marion Degeorges (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte