Les Verts allemands se lancent dans la bataille électorale

Sigmar Gabriel, président du SPD et Claudia Roth, co-présidente des Verts, au congrès des Verts à Berlin, le 27 avril 2013. REUTERS/Tobias Schwarz

Réunis en congrès ce week-end à Berlin afin de peaufiner leur programme politique, les Verts allemands s'apprêtent à s'engager au côté du Parti social-démocrate (SPD) dans la course aux élections fédérales, qui auront lieu le 22 septembre prochain.

Invité au congrès des Verts samedi après-midi, Sigmar Gabriel, le président du SPD, n'a eu de cesse d'envoyer des signaux positifs à l'égard des Verts, qu'il a décrit comme «un parti spécial, qui a influencé et amélioré la société et la politique d'une façon décisive», rapporte le quotidien de gauche Die Tageszeitung.

Tout en affirmant sa volonté de former, en cas de victoire commune aux élections, une coalition rouge-verte avec le parti écologiste, Sigmar Gabriel a tout de même tenu à rappeler que le SPD et les Verts ne sont pas des «partis frères», qu'ils ont chacun leurs propres racines et doivent en être fiers. Mais assuré que leur combat était bien le même: «Nous voulons changer ensemble la direction qu'a prise notre pays».

D'après un sondage récent paru dans le quotidien Die Welt, le SPD et les Verts récoltent aujourd'hui respectivement 26% et 14% des intentions de vote. Un bond énorme pour les Verts qui plafonnaient péniblement à 8% l'an dernier à la même époque, se faisant même devancer par le jeune Parti pirate.

Mais faire front commun avec les socialistes contre la CDU/CSU s'avère plus que nécessaire, le parti conservateur et sa branche bavaroise remportant à eux seuls 39% des intentions de vote.

En cas de victoire de la CDU et des Verts, la possibilité d'une coalition est exclue du côté des écologistes. Comme l'explique Claudia Roth, co-présidente des Verts au quotidien Berliner Zeitung:

«Les Verts et leurs électeurs veulent un changement politique. Ils ne veulent pas être l'étrier qui permette à Angela Merkel de conserver le pouvoir. Les conceptions de la CDU sont à des années-lumières des nôtres.»

Il est pourtant déjà arrivé, au niveau local, que les Verts forment une coalition verte-noire avec la CDU, comme cela a été le cas à Hambourg entre 2008 et 2010, date à laquelle les Verts ont finalement déclaré forfait.

Plusieurs points du programme électoral des Verts ont déjà été déterminés aujourd'hui, parmi lesquels l'instauration d'un salaire minimum de 8,50 euros de l'heure, comme le rapporte le quotidien Der Tagesspiegel, ainsi qu'une imposition à 49% sur les très hauts revenus.

Photo: Sigmar Gabriel, président du SPD et Claudia Roth, co-présidente des Verts, au congrès des Verts à Berlin, le 27 avril 2013. REUTERS/Tobias Schwarz
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 27/04/2013
Mis à jour le 27/04/2013 à 18h17