L’Arabie saoudite expulse des hommes trop beaux

Capture d'écran

Trois hommes ont été interpellés par la police des moeurs lors d’un festival culturel à Riyad le 17 avril, comme l'explique The Telegraph, parce qu'ils étaient trop beaux.

Les autorités du Royaume ont jugé que les trois hommes étaient dangereux. Manu militari, «les trois Emiratis ont été évacués par le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice de peur que les femmes puissent succomber à leur charme», a indiqué un responsable du festival. Une fois évincés de la fête, les trois hommes ont été renvoyés dans leur pays, aux Emirats arabes unis.

Le site Asiantown pense connaître l'identité de l'un d'entre eux: Omar Borkan Al Gala. Photographe, acteur, poète, il est aussi sacrément gâté par la nature.

Comme on peut le voir sur Jezebel, qui reprend l'info d'Asiantown, il est adepte des regards à l’horizon et de Photoshop. Ses fans le trouvent tellement sexy qu’elles/ils se répandent en billets sur Tumblr. Sur sa page Facebook, le jeune homme a posté un lien vers un article sur l’incident au festival, sans préciser s’il faisait partie des trois hommes, et en commentant: «C’est ce qui est écrit dans des journaux partout dans le monde.»

Le Telegraph, tout comme le site Algamal.net, suppose néanmoins que les trois beaux gosses ont pu être expulsés pour une autre raison.

Les Emirats Arabes Unis ont en effet déclaré dans un communiqué officiel que la police religieuse était soucieuse à cause de la présence inattendue d'une artiste féminine émiratie dans le pavillon. Le chef de la délégation des Emirats Arabes Unis a déclaré:

«Sa visite au stand des Emirats Arabes Unis était une coïncidence, elle n'était pas dans le programme que nous avions fourni à la direction du festival.»

The Telegraph souligne qu'on ne sait pas s'il y a un lien entre la présence de cette femme et l'éviction des hommes «trop beaux».

L'Arabie saoudite est particulièrement conservatrice. Le pays est régulièrement critiqué par les organisations des droits de l'homme pour sa politique de discrimination envers les femmes. En septembre 2011, Brian Palmer expliquait sur Slate pourquoi le roi Abdallah avait accordé le droit de vote aux femmes lors des élections municipales de 2015 et de la Choura, une assemblée consultative, mais pas le permis.

Article mis à jour le 25/04/13 avec des précisions sur Omar Borkan Al Gala et sur le fait que seul Asiantown l'a identifié.