Monde

Bush ne regrette pas les guerres en Irak et en Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

Reuters
Reuters

En mars dernier, le site Gawker nous avait invité à écrire à George W. Bush pour lui demander ce qu'il pensait du conflit irakien, pour le dixième anniversaire de l'intervention américaine dans le pays. Nous avions tenté le coup, en vain puisque l'adresse fournie ne fonctionnait plus. Faute de nous répondre directement, l'ancien président américain vient de s'exprimer sur cette guerre, l'héritage le plus polémique de son passage à la Maison Blanche.

Dans une interview exclusive au Dallas Morning News, Bush revient sur sa présidence et les deux guerres qu’il a démarrées en Afghanistan et en Irak. Avec près de dix ans de recul, l’ancien président américain a affirmé demeurer «convaincu que les décisions [de déclarer ces deux guerres] ont été prises correctement».

Sans mentionner les armes de destruction massive, les «techniques d’interrogatoire renforcé» ou les autres polémiques nées des affrontements en Irak, Bush a expliqué au quotidien texan qu’il «est facile d’oublier comment était la vie il y a dix ans», exprimant sa lassitude «d’être critiqué tout le temps».

«Je suis à l’aise avec ce que j’ai fait, a-t-il confié au journaliste qui l'interrogeait. Je suis à l’aise d’être la personne que suis.»

Au moins, Bush n'est pas tout seul. L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a également réaffirmé ne pas regretter son soutien à la guerre en Irak, malgré les critiques.

Daphnée Denis Journaliste

Newsletters

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

L'égalité raciale devient un thème de campagne chez les Démocrates blanc·hes.

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

La sentence qui est tombée sur ces personnalités à la suite de la tentative de sécession de 2017 promet d'hystériser les débats de la campagne pour les élections générales du 10 novembre.

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

Depuis le 7 octobre, le mouvement a lancé deux semaines de «rébellion internationale» pour pousser le gouvernement britannique à agir face à la crise écologique.

Newsletters