Life

Lire les infos nuit à notre santé

Cécile Chalancon, mis à jour le 14.04.2013 à 12 h 16

Old newspapers / Shironekoeuro via FlickrCC Licence by

Old newspapers / Shironekoeuro via FlickrCC Licence by

Devrait-on commencer cet article par un avertissement du style «S'informer tue» ou «la consommation excessive d'articles nuit à la santé»? C'est le point de vue développé depuis déjà un certain temps par Rolf Dobelli, romancier suisse et entrepreneur, auteur notamment de Arrêtez de vous tromper!.

En 2010, il avait écrit un long article intitulé «Avoid News – Towards a Healthy News Diet» (Evitez les infos, pour un régime alimentaire d'infos sain). Ce travail avait été présenté en 2011 devant les prestigieuses conférences TED et c'est désormais The Guardian qui en publie un large extrait sous le titre «News is bad for you – and giving up reading it will make you happier» (les nouvelles sont mauvaises pour vous et arrêter de les lire vous rendra plus heureux).

Pour Rolf Dobelli, les infos agissent comme le sucre:

«Les infos sont faciles à digérer. Les médias nous nourrissent à petites bouchées de questions triviales, des friandises qui ne concernent pas nos vies et qui ne nécessitent pas de penser. C'est pour cela que nous n'éprouvons quasiment pas de saturation. Contrairement à la lecture de livres ou de longs articles (qui requièrent de penser), nous pouvons avaler des quantités illimitées de flashs infos, qui sont des petits bonbons colorés pour notre esprit. Aujourd'hui, nous avons atteint en matière d'informations le même point que celui auquel nous avons été confrontés il y a 20 ans en ce qui concerne la nourriture. Nous commençons à reconnaître combien les infos peuvent être toxiques.»

La démonstration de Rolf Dobelli tient en quinze points (qui sont développés dans son article de 2010).

1. Les nouvelles nous trompent systématiquement

2. Les nouvelles ne sont pas pertinentes

3. Les infos limitent la compréhension

4. Les infos sont toxiques pour notre corps: selon Rolf Dobelli, «les histoires paniquantes stimulent la libération en cascade de glucocorticoïde. Cela dérègle notre système immunitaire et inhibe la libération d'hormones de croissance. En d'autres termes, notre corps se trouve dans un état de stress chronique. Des taux élevés de glucocorticoïdes provoquent une mauvaise digestion, le manque de croissance (des cellules, des cheveux, des os), de la nervosité et rend plus sensible aux infections. Les effets secondaires potentiels incluent entre autres la peur, la vision du tunnel, l'agressivité et la désensibilisation». Ouf. En revanche, il ne cite aucune étude scientifique pour appuyer son raisonnement...

5. Les infos augmentent massivement les erreurs cognitives

6. Les infos inhibent la pensée

7. Les infos changent la structure de notre cerveau (les infos agissent comme une drogue, face à une histoire en cours, notre cerveau en veut toujours plus).

8. Les infos coûtent cher

9. Les infos scindent la relation entre la réputation et la réussite

10. Les infos sont produites par des journalistes

11. Les faits rapportés sont parfois faux, les prévisions le sont toujours

12. Les infos sont manipulatrices

13. Les infos nous rendent passifs

14. Les infos nous donnent l'illusion d'être concernés

15. Les infos tuent la créativité

La solution? Arrêter de lire les infos. L'auteur explique d'ailleurs que c'est son cas, depuis quatre ans. Il se sent mieux, moins perturbé, moins anxieux, il réfléchit plus profondément, plus souvent, a plus d'idées. Evidemment, Rolf Dobelli précise que lire des livres (comme celui qu'il publie?) n'est pas mauvais pour la santé. Les articles longs non plus (ce qui nous rassure chez Slate, on ne va pas vous le cacher).

Finissons sur une note plus positive pour les sites d'info et le journalisme en général.

Selon une étude menée par le Miriam Hospital, les étudiantes de première année qui passent leur temps sur les réseaux sociaux ou à envoyer des textos voient leurs résultats scolaires chuter. Deux exceptions: lire les infos et écouter de la musique. Un lien a été constaté entre ces deux activités et une bonne performance académique.

Cécile Chalancon
Cécile Chalancon (99 articles)
Editrice à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte