Life

Lire dans le noir n'abîmerait pas les yeux

Célésia Barry, mis à jour le 12.04.2013 à 11 h 38

Une paire de lunettes Phil Roeder via Flickr CC License by

Une paire de lunettes Phil Roeder via Flickr CC License by

«Ne lis pas dans le noir, tu vas t’abîmer les yeux!» Pour peu que vous soyez un lecteur assidu, vous avez probablement entendu cette phrase à de nombreuses reprises. Or, si on en croit un chercheur de l'université d'Oregon Pacifique, aux Etats-Unis, cette affirmation serait fausse, rapporte le Wall Street Journal. En revanche, l'obscurité fatigue les yeux.

«Il n'y a aucune raison de croire, ni aucune preuve que des dommages à long terme ou des changements dans la physiologie des yeux puissent être causés par la lecture dans le noir», explique Jim Sheedy, docteur en science de la vision et directeur du Vision Performance Institute de l'université d'Oregon Pacifique.

«Le facteur déterminant de la myopie est génétique. C'est une vieille histoire, un stratagème employé par les mamans pour amener leurs enfants à se coucher quand elles le veulent.»

Un éclairage réduit la fréquence à laquelle les yeux clignent, explique le British Medical Journal, ce qui assèche l’œil et donne l'impression d'une difficulté à lire, mais ces effets ne sont que temporaires.

Les yeux s'adaptent à la luminosité, note le Wall Street Journal. Le temps d'adaptation de l'obscurité à la pleine lumière est très rapide. A l'inverse, indique le site, s'adapter à l'obscurité prend plus de temps. Selon Jim Sheedy, cette adaptation à l'obscurité, qui nécessite la régénération des photopigments de l’œil, prend plus ou moins de temps selon la densité de l'obscurité. Quelques secondes suffiraient pour s'adapter à une faible obscurité mais 25 minutes seraient nécessaires pour une pleine obscurité.

De même, lire sur un écran n'endommagerait pas la vue, ajoute le chercheur, qui affirme que la différence entre la lecture sur écran et la lecture sur papier est minime.

Mais si la lecture dans le noir n’abîme pas les yeux, elle les fatigue. Lorsque la lumière n'est pas suffisante, la pupille se dilate. L'effort fourni par l’œil pour s'adapter au manque de luminosité peut alors causer une fatigue oculaire, voire une migraine.

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
lunettesnoirlivreLecturepresbyte
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte