Monde

Vladimir Poutine sur la liste des criminels recherchés en Finlande

Cécile Dehesdin, mis à jour le 11.04.2013 à 10 h 18

Vladimir Poutine allongé dans la neige avec des chiens, dans la région de Moscou, le 24 mars 2013. REUTERS/Alexsey Druginyn/RIA Novosti/Pool

Vladimir Poutine allongé dans la neige avec des chiens, dans la région de Moscou, le 24 mars 2013. REUTERS/Alexsey Druginyn/RIA Novosti/Pool

Vladimir Poutine s'est retrouvé sur une liste secrète de criminels recherchés en Finlande, ce qui aurait pu –théoriquement– lui valoir d'être arrêté à la frontière.

La chaîne de télévision finlandaise MTV3 a rapporté ce mercredi 10 avril que Poutine y a été inscrit, sans avoir été suspecté d'avoir commis un crime en Finlande, pour ses contacts avec le gang de motards russes Night Wolves (Poutine a rendu visite au club de motards en juillet 2009, et les a rejoint –ainsi que 5.000 autres motards– en juillet 2010 pour un trajet en Harley Davidson).

Mais le porte-parole de la police nationale finlandaise, Robin Lardot, a dit à l'Associated Press que sa présence sur cette liste était une erreur, et que son nom en avait été rayé:

«Le bureau de la police nationale a enquêté sur cette affaire et s'est bien aperçu qu'il y avait eu une erreur dans la liste. Nous avons ordonné qu'il en soit retiré et enquêtons en profondeur. Nous ne savons pas comment son nom s'est retrouvé là.»

La situation aurait pu être diplomatiquement gênante, mais le ministre de l'Intérieur finlandais, Paivi Rasanen, a immédiatement fait part de ses «plus sincères excuses» à Poutine, et le chef de la police nationale, Mikko Paatero, s'est également excusé, ajoutant dans son communiqué:

«Ce genre d'incident est extrêmement exceptionnel, et est inacceptable en toutes circonstances.»

La liste est apparemment une base de données utilisée par toute la police finlandaise, incluant des informations sur les personnes suspectées de crimes «ou d'avoir participé à une infraction sujette à un emprisonnement de plus de six mois, ou à un usage illégale de drogues».

D'après le Helsingin Sanomat, le porte-parole de Poutine Dmitry Peskova a dit à la radio russe Kommersant FM que Vladimir Poutine était au courant de l'erreur, et qu'il ne comptait pas réagir officiellement. D'après Dmitry Peskova, le Kremlin n'estime pas qu'il faille répondre, la rapidité de la réaction finlandaise suffisant comme excuses.

En apprenant sa présence sur cette liste de criminels, Poutine aurait réagi «ironiquement», a précisé Dmitry Peskova.

On n'en attendait pas moins d'un homme qui, le mercredi 10 avril, publiait une petite séance photo dans la neige avec ses chiens, poursuivant sa grande tradition de photos étranges:

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte