Life

Le TGV aurait (réellement) pu être un train volant

Robin Panfili, mis à jour le 09.04.2013 à 17 h 55

Le TGV aurait peut-être pu ne jamais exister. Pareil pour les rails, les gares, les passages à niveau...

Dans les années 1970, l’idée de développer sur le territoire français un aérotrain (voir l'appareil ici), prototype hybride entre l’avion et le wagon, avait fait son chemin.

Deux de ces prototypes, conservés dans des entrepôts près de Limoges, ont pu être photographiés récemment par le site d'exploration urbaine Neverends. «Je n’avais jamais imaginé que je pourrais voir ou même toucher ces prototypes», explique l’auteur des clichés.

Les seules traces que l’on a gardées de ces engins, conçus par l'ingénieur Jean Bertin, sont les rampes de lancement et les pistes d’essais laissées à l’abandon. A cette époque, des voies avaient alors fleuri près d’Orléans pour tester l’engin où il atteindra des vitesses supérieures au TGV.

Il suffisait alors que l’Etat dise «oui» pour que cet appareil insolite fixé sur des coussins d’air, reliant les villes entre elles, soit mis en service. Si un contrat de construction est conclu en 1974, l'Etat reviendra sur sa décision et abandonnera finalement le projet pour le TGV.

Un revirement «pour des raisons politiques et économiques», selon les Amis de l'Ingénieur Jean Bertin. Dans un article sur Slate en 2011, Gilles Bridier soulignait cette idée de concurrence avec la SNCF

«Des rails au sol, des roues sous les wagons ou aujourd’hui sur des bogies qui supportent les voitures: le chemin de fer est immuable. C’est la technologie que défendit toujours la SNCF, notamment contre l’aérotrain de Bertin. (...)

Et l’ingénieur Jean Bertin enregistra un record de vitesse de 430 km/h en 1974, tandis que le premier TGV de la SNCF, à l’étude depuis la fin des années 60, ne dépassait pas 318 km/h en 1972. Même en 1981, le record ne dépassa pas 380 km/h. Et pourtant, c’est cette même année 1974 que le gouvernement décida d’enterrer le projet d’aérotrain.»

Jean Bertin assistera à cette désillusion impuisant avant de décéder un an plus tard. Quelques sites de passionnés entretiennent le mythe et défendent l'héritage de Jean Bertin. Parfois, on retrouve des expositions où les carcasses sont présentées.

A l'occasion d'une d'entre elles, Maurice Berthelot, ingénieur en charge de la réalisation des appareils, se montrait plein d'espoir dans une interview à La Tribune d'Orléans.

«Je crois encore à une solution du type de l’aérotrain. La SNCF nous a considérés comme un concurrent alors que Jean Bertin n’a jamais voulu autre chose qu’une solution de liaison de ville à ville.

Selon le forum Aérotrain, certains de ces engins pourraient être exposés à la Foire de Paris 2013 qui se tiendra du 30 avril au 12 mai.

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte