Life

Préparez-vous à une augmentation des turbulences en avion

Robin Panfili, mis à jour le 09.04.2013 à 12 h 38

Plane flying / Erik Christansen

Plane flying / Erik Christansen

Vos prochains voyages en avion pourraient être mouvementés. Une vaste et rare– étude sur les turbulences dans les couloirs aériens révèle que le réchauffement climatique pourrait multiplier les secousses dans les vols aériens, lit-on dans l’International Business Times.

L’étude, menée par Paul D. Williams et Manoj M. Joshi, s’est concentrée sur le couloir aérien de l’Atlantique nord, boulevard aérien enregistrant près de 600 vols quotidiens entre l’Europe et le continent américain. Selon les simulations climatiques de l’étude, d’ici à 2050, les turbulences pourraient être multipliées par deux.

Et si les trous d’air se feront de plus en présents, la force de ces phénomènes pourrait, elle aussi, croître de 10% à 40%. «L’augmentation des turbulences ne correspondra pas forcément à la même augmentation des sensations ressenties par les passagers», tempèrent les chercheurs.

Qui en est le responsable? «L’aviation, en partie», répondent les chercheurs, pointant les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère par les appareils. Une manière pour le climat de prendre «sa revanche» sur les avions, ironisent les chercheurs.

Les turbulences causent de nombreux dommages chaque année. D’abord chez les voyageurs, mais aussi pour les compagnies aériennes. Le coût engendré par les réparations liées aux turbulences atteindrait presque les 150 millions de dollars, selon les deux chercheurs. Des chiffres qui sont difficiles à établir mais qui seront amenés à augmenter.

Dans un chat du Monde.fr d’il y a quelques années, François Grangier, pilote de ligne, répondait aux internautes effrayés à l’idée de prendre un avion.

«Les avions sont conçus pour résister à des turbulences très fortes, leur seuil de rupture est très, très au-delà du seuil de confort à l'intérieur de la cabine.»

Bien, mais lorsque l’on aborde la manière d'appréhender des turbulences aériennes, le discours du pilote se fait moins rassurant.

«Un pilote s'attend toujours au pire et prend les précautions qui y correspondent. C'est pour cela que durant un vol, un grand nombre de fois, il demande à ses passagers d'attacher leur ceinture bien que la plupart du temps les turbulences n'aient pas de conséquences.»

Si les turbulences se montrent parfois imprévisibles, il est possible d'en anticiper les conséquences. Apprendre à bien respirer, s'hydrater régulièrement, garder sa ceinture attachée... WikiHow vous donne quelques conseils pour mieux appréhender les secousses.

Dorénavant, vous saurez qu'il faudra ranger les objets qui traînent sur votre tablette de bord, le tout en écoutant attentivement les conseils du commandant de bord.

Robin Panfili
Robin Panfili (190 articles)
Journaliste à Slate.fr
climatairpiloteavionturbulence
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte