Life

Un cheval de Troie sur Skype oblige les ordinateurs à miner du Bitcoin

Célésia Barry, mis à jour le 08.04.2013 à 12 h 20

I got my Bitcoin @nerdmeritbadge today!, eagleapex via Flickr, CC-Licence-by

I got my Bitcoin @nerdmeritbadge today!, eagleapex via Flickr, CC-Licence-by

C'est un prix record pour une monnaie virtuelle. Dopé par la crise chypriote, le Bitcoin a atteint une valeur de 147 dollars début avril. En tout, 1,4 milliard de dollars de Bitcoins seraient en circulation, rapportait The Guardian le 3 avril 2013. En janvier 2013, un bitcoin équivalait à 13,50 dollars.

Cette monnaie électronique est donc logiquement une cible de choix pour les cybercriminels, note Wired. Selon la société Kapersky Lab, un nouveau cheval de Troie, diffusé via Skype, oblige les ordinateurs de ses victimes à miner du Bitcoin. France24 explique qu'«afin de recevoir des bitcoins, il faut accepter de mettre une partie de la puissance de calcul de son ordinateur au service de la résolution des sortes d’équations informatiques de plus en plus difficile. C’est ce qu’on appelle “miner” les bitcoins».

Le Bitcoin est créé en janvier 2009 par un Japonais de 36 ans dont le pseudonyme est Satoshi Nakamoto, indique The Guardian. Le Bitcoin fonctionne grâce au réseau peer to peer et est produit lorsqu'un ordinateur trouve la solution à un problème de calcul complexe, explique le Wiki de Bitcoin.

«La difficulté du problème est ajustée de sorte que lors des 4 premières années du réseau Bitcoin, 10.500.000 pièces soient créées. Ce montant est divisé par deux tous les 4 ans: il sera donc de 5.250.000 à partir du 4e anniversaire du réseau jusqu'au 8e, de 2.625.000 du 8e anniversaire au 12e, et ainsi de suite. Le nombre total de pièces en circulation approchera alors à terme les 21 millions.»

Ces 21 millions de Bitcoins seront atteints en 2030, estime France 24. Aujourd'hui, le problème est si complexe qu'il est impossible pour un ordinateur isolé de le résoudre seul. D'où la création de «fermes de minage» où plusieurs personnes travaillent sur l'équation, note le site.

Le Bitcoin est, comme l'or, une matière première, affirme le chercheur en finance Philippe Herlin à Atlantico, ce qui rend son inflation impossible. De plus, le Bitcoin est anonyme et son protocole inviolable, une aubaine pour les investisseurs échaudés par la crise économique chypriote.

Que les escrocs s'intéressent de très près à cette monnaie virtuelle n'est donc pas étonnant. Le logiciel piégé diffusé via la messagerie de Skype prend le contrôle de l'ordinateur victime et le force à travailler sur le problème mathématique à l'origine de la création de Bitcoins.

En infectant un très grand nombre d'ordinateurs, les cybercriminels seraient à même de récolter de très grosses sommes d'argent, estime Charlie Shrem, fondateur de Bitinstant, un service de conversion d'argent virtuel et fiduciaire, dans un mail à Wired. Selon Kapersky, près de 2.000 personnes par heure auraient été contaminées depuis le 7 avril.

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte