Monde

Quand Merkel joue à «Madame Normale»

Annabelle Georgen, mis à jour le 05.04.2013 à 9 h 23

Angela Merkel, le 15 mars 2013 lors d'un sommet à Bruxelles. REUTERS/Laurent Dubrule

Angela Merkel, le 15 mars 2013 lors d'un sommet à Bruxelles. REUTERS/Laurent Dubrule

Depuis quelques jours, la presse people se régale des photos montrant la chancelière allemande en maillot de bain sur l'île italienne d'Ischia, au large de Naples, où elle passe, comme chaque année, quelques jours de vacances dans un hôtel thermal en compagnie de son mari et de sa belle-famille.

Angela Merkel n'aime pas être prise en photo. Elle a fait savoir mercredi par la voix d'un des porte-parole de son gouvernement, comme le rapporte Der Spiegel, que «toutes ces photos ont été prises en cachette. […] Vous pouvez imaginer que ce n'est pas toujours agréable quand on passe ses vacances quelque part d'avoir l'impression qu'un objectif vous guette dans tous les recoins».

Le maire de Sant' Angelo en personne, le village où séjourne la chancelière cette semaine, s'est même excusé de la présence de paparazzis sur l'île dans une interview téléphonique au Spiegel:

«J'ai vu environ dix photographes ici. J'ai lancé un appel aux photographes, comme quoi ils devaient faire montre du plus grand respect par rapport à la sphère privée de nos invités. Le village est véritablement pris d'assaut. […] Ils ont fait des photos de Signora Merkel dont j'ai honte, sincèrement.»

Sur ces clichés que le Bildzeitung a rassemblé dans un diaporama, on la voit surtout s'occuper des deux petits-enfants de son mari: en promenade dans les champs, en train de cueillir des citrons ou de jouer au ballon sur la plage.

Pour le quotidien Die Welt, il ne s'agit pas de photos volées, mais d'une mise en scène de la normalité –qui n'est pas sans rappeler celle de François Hollande pendant la dernière campagne présidentielle– pour séduire de nouveaux électeurs à l'approche des élections fédérales de septembre:

«Cela paraît cynique d'écrire ça. Il y a pourtant une règle en usage depuis longtemps chez les journalistes: celui qui ne veut pas être photographié en privé n'est pas photographié en privé. Cela fonctionne. Il n'y a pas une seule photo de vacances de tout un tas de célébrités, pas une seule photo scandaleuse, tout simplement rien –parce qu'ils ne le veulent pas.»

Si Angela Merkel avait voulu passer ses vacances à l'abri des regards indiscrets, elle aurait pu prendre exemple sur Barack Obama, lui conseille Die Welt:

«Elle pourrait, par exemple, garder secret le lieu de ses vacances. Elle pourrait faire éteindre le transpondeur de son appareil de l'armée de l'air […] de façon à ce que le vol ne puisse être pisté sur Internet.»

Le journaliste Torsten Krauel estime aussi qu'elle aurait pu choisir de séjourner dans une maison de vacances et non dans un hôtel, et de se baigner dans une piscine privée au lieu de se rendre dans des thermes ouvertes au public. Et va même jusqu'à lui donner un conseil plutôt surprenant de la part d'un journaliste:

«Et elle pourrait, ce qui serait de loin la méthode la plus efficace, menacer la presse de lourdes sanctions en interne, au cas où ne serait ce qu'une photo de la taille d'une tête d'épingle venait à être publiée. Elle a le pouvoir de le faire, et d'autres personnalités le font aussi parfois.»

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte