Life

La calvitie augmente-t-elle les risques cardiaques?

Célésia Barry, mis à jour le 04.04.2013 à 12 h 10

Bruce Willis et Ben Kingsley, en mai 2010. REUTERS/Mario Anzuoni

Bruce Willis et Ben Kingsley, en mai 2010. REUTERS/Mario Anzuoni

En mars 2012, Hugues Serraf racontait sur Slate son alopécie involontaire. Désormais, être chauve est branché. Plus besoin, donc, de laisser pousser une mèche à rabattre sur un crâne déplumé ni de prendre des médicaments qui rendent impuissants.

Mais malheureusement pour ceux qui abordent fièrement (ou non) un crâne nu imposé par la génétique: selon une étude parue le 4 avril 2013 dans le BMJ Open, être chauve augmenterait de 32% le risque de maladie cardiaque, rapporte The Guardian. Seuls les hommes chauves sur le dessus du crâne seraient concernés. Les dégarnis à la Jude Law peuvent souffler.

Les chercheurs japonais à l'origine de l'étude ont trouvé 850 rapports ayant traité du rapport entre calvitie et maladies cardiaques et publiés entre 1950 et 2012, indique le site Medical News Today. Seuls six d'entre eux, parus entre 1993 et 2008 et portant sur 36.990 hommes, ont été sélectionnés. Cinq confirment les liens entre calvitie et risques cardiaques.

D'après trois de ces études, les chauves ont 32% de risques de plus que les autres de développer des problèmes cardiaques, indique The Guardian. Les hommes âgées de moins de 55-60 ans ont 44% de risques en plus de souffrir de maladies coronariennes, ajoute le site. Les deux autres études affirment que le risque s'élève à 70% pour les hommes totalement chauves et à 84% pour les plus jeunes.

Une étude contestée

Selon les auteurs de l'étude, l'alopécie du dessus du crâne est «associée de façon significative à un risque accru de maladie coronarienne chez les hommes jeunes ainsi que chez tous les participants, et cette association dépend de la gravité de la calvitie».

Néanmoins, Doireann Maddoc, de la British Heart Foundation, explique au Guardian que les recherches doivent être plus poussées et qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer.

«Il est plus important de faire attention à votre tour de taille qu'à vos cheveux.»

Un avis partagé par David Spiegelhalter, professeur à l'Université de Cambridge. «Je suis sceptique quant à l'affirmation selon laquelle les différents types de calvitie ont un lien avec les maladies du cœur», explique-t-il au Guardian. Il ajoute que selon lui, la recherche n'a établi aucun lien de causalité entre calvitie et maladies cardiaques.

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte