Monde

Paralyser un homme? En Arabie saoudite, c'est légal

Temps de lecture : 2 min

Syringe / Andres Muera  via FlickrCC Licence by
Syringe / Andres Muera via FlickrCC Licence by

Œil pour œil, dos pour dos? En Arabie saoudite, un homme de 24 ans risque d’être paralysé à partir de la taille par les autorités, rapporte la BBC, pour le punir d’un crime commis il y a dix ans.

Selon les journaux saoudiens, Ali al-Khawahir avait 14 ans quand il a poignardé l’un de ses amis dans le dos, causant sa paralysie. Après une décennie passée en prison, il risque maintenant d’être à son tour paralysé, sur demande de sa victime, s’il ne parvient pas à payer 1 million de riyals (environ 200.000 euros) de dommages et intérêts. Selon le site Arabian Business, la somme originale était deux fois plus importante, mais aucune raison n’a été évoquée pour justifier cette baisse.

Le système pénal saoudien, qui applique la loi islamique, autorise la qisa (ou loi du Talion). La victime peut ainsi demander aux juges que son assaillant subisse le même sévice qu’elle. Le plus souvent, ce genre de cas se règle grâce à la diyya, une compensation financière, comme ça a déjà été le cas dans une affaire similaire en 2010. A l'époque, la Haute cour de la province de Tabuk avait rejeté la demande de la victime, suivant les recommandations d'Amnesty International.

Pour Ann Harrison, directrice adjointe d’Amnesty International au Moyen-Orient, «il est temps que les autorités saoudiennes respectent leurs engagements internationaux et retirent ces punitions de leur système de lois. Paralyser quelqu'un en guise de punition s'apparente à de la torture, et il serait choquant qu'une telle sentence soit prononcée».

Selon l’ONG, la loi du Talion saoudienne a déjà donné lieu à un florilège de sévices corporels, parmi lesquels l’arrachage de dents, l’énucléation ou la mort. Le vol est toujours passible d’une amputation de la main droite, et le «braquage sur autoroute» peut valoir une amputation croisée (main droite et pied gauche). Si la sentence de paralysie devait être appliquée, elle irait à l’encontre de la Convention contre la torture des Nations unies, convention dont l’Arabie saoudite est signataire depuis 1997.

Newsletters

Des utilisateurs d’une plateforme de cryptomonnaies veulent que le corps de son créateur soit exhumé car ils ne croient pas à sa mort

Des utilisateurs d’une plateforme de cryptomonnaies veulent que le corps de son créateur soit exhumé car ils ne croient pas à sa mort

Gerald Cotten est mort en décembre 2018. Il avait créé une plateforme avec une cryptomonnaie nommée QuadrigaCX. Mais c’était le seul à connaître le mot de passe pour accéder au portefeuille des clients, où 190 millions de dollars étaient stockés.

Deux pharmacies américaines poursuivies pour avoir refusé de vendre un contraceptif

Deux pharmacies américaines poursuivies pour avoir refusé de vendre un contraceptif

Une Américaine de 39 ans fait un procès aux deux pharmaciens qui ont refusé de lui vendre la pilule du lendemain car c'était contraire à leurs «valeurs».

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Élections en Algérie, succès de Boris Johnson et des conservateurs aux élections législatives britanniques et Aung San Suu Kyi devant la Cour internationale de Justice des Nations unies pour le traitement des Rohingyas... La semaine du 7...

Newsletters