Culture

Goebbels, le regard de la haine

Temps de lecture : 2 min

Photographies d'Alfred Eisenstaedt/LIFE Magazine
Photographies d'Alfred Eisenstaedt/LIFE Magazine

En septembre 1933, le grand magazine américain Life envoie un de ses photographes couvrir à Genève un des sommets de la Société des Nations. Son envoyé spécial, Alfred Eisenstaedt, va s'intéresser à un des responsables nazis, qui viennent d'arriver au pouvoir en Allemagne: Joseph Goebbels. Quelques mois auparavant, il s'était félicité du succès de la première manifestation anti-juive d'envergure en Allemagne, le 1er avril 1933. Le ministre de la propagande est un très proche d'Hitler, et anti-sémite «viscéral».

Au début, nous raconte le site PetaPixel qui a ressorti ces photos, la relation entre le photographe et son sujet est plutôt bonne. Eisenstaedt est allemand et Goebbels se prête au jeu: on le voit sourire au photographe sur un grand nombre de photos. Dont celle-ci:

Jusqu'à ce que Goebbels apprenne que le photographe est juif. «Il m'a regardé avec un regard plein de haine, mais le résultat fut une photo bien plus forte»:

Alfred Eisenstaedt a quitté l'Allemagne et s'est réfugié aux Etats-Unis en 1935. Nous avions déjà parlé de ce photographe: il était l'auteur de l'image iconique d'un marin embrassant fougueusement une infirmière le 14 août 1945, jour de la capitulation du Japon aux Etats-Unis surnommé le «V-J Day», ou «Victory over Japan Day».

Slate.fr

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters