Culture

Goebbels, le regard de la haine

Temps de lecture : 2 min

Photographies d'Alfred Eisenstaedt/LIFE Magazine
Photographies d'Alfred Eisenstaedt/LIFE Magazine

En septembre 1933, le grand magazine américain Life envoie un de ses photographes couvrir à Genève un des sommets de la Société des Nations. Son envoyé spécial, Alfred Eisenstaedt, va s'intéresser à un des responsables nazis, qui viennent d'arriver au pouvoir en Allemagne: Joseph Goebbels. Quelques mois auparavant, il s'était félicité du succès de la première manifestation anti-juive d'envergure en Allemagne, le 1er avril 1933. Le ministre de la propagande est un très proche d'Hitler, et anti-sémite «viscéral».

Au début, nous raconte le site PetaPixel qui a ressorti ces photos, la relation entre le photographe et son sujet est plutôt bonne. Eisenstaedt est allemand et Goebbels se prête au jeu: on le voit sourire au photographe sur un grand nombre de photos. Dont celle-ci:

Jusqu'à ce que Goebbels apprenne que le photographe est juif. «Il m'a regardé avec un regard plein de haine, mais le résultat fut une photo bien plus forte»:

Alfred Eisenstaedt a quitté l'Allemagne et s'est réfugié aux Etats-Unis en 1935. Nous avions déjà parlé de ce photographe: il était l'auteur de l'image iconique d'un marin embrassant fougueusement une infirmière le 14 août 1945, jour de la capitulation du Japon aux Etats-Unis surnommé le «V-J Day», ou «Victory over Japan Day».

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters