Life

Placement: les voitures de collection mieux que l'art et la Bourse

Slate.fr, mis à jour le 31.03.2013 à 14 h 35

Jaguar XK 150  REUTERS/Eliseo Fernandez

Jaguar XK 150 REUTERS/Eliseo Fernandez

Quel est le meilleur investissement depuis plusieurs années, loin devant le marché de l'art, la Bourse et l'immobilier: les voitures de collection. Et pour plusieurs raisons. Tout d'abord, c'est un vrai marché mondial. Ferrari, Mercedes, Jaguar, Bentley, Lotus, Corvette, Maserati sont des marques aussi connues et prestigieuses en Europe qu'aux Etats-Unis, au Brésil, en Chine, en Russie, au Japon, au Qatar, en Arabie Saoudite et en Australie.

Le marché des voitures de collection, de prestige ou de sport, est plus accessible culturellement pour les nouveaux super riches des pays émergents et des autres que le marché de l'art. Il est plus simple. Il fait aussi appel à la nostalgie d'un passé devenu mythique celui des voitures des stars, des grands de ce monde et des pilotes célèbres des années 1930 et des années 1950-1960.

C'est ce qu'explique à ces lecteurs le site du Moyen-Orient emirates247. «Pour noël 1949, Clark Gable s'est offert un coupé Jaguar XK120 qui valait alors un peu plus de 1.000 livres. Aujourd'hui, la valeur d'une Jaguar XK120 est comprise selon son état entre 50.000 et 300.000 livres, mais celle qui a appartenu à Clark Gable n'a rien d'ordinaire et s'est vendue aux enchères pour 1,5 million de livres».

Enfin, contrairement aux titres boursiers et aux oeuvres d'art, le propriétaire d'une voiture de collection peut aussi se faire plaisir en la conduisant, en la montrant dans des concours ou à ses voisins, en faisant du tourisme ou en la faisant courir sur des circuits ou dans des rallyes à l'occasion d'épreuves historiques qui se multiplient en Italie mais aussi au Mexique et en Inde.

Selon un calcul effectué par le Financial Times, depuis 2002, les prix des voitures de collection ont augmenté en moyenne de 395%, bien plus que l'art (195%), les grands vins (166%) ou les montres de collection (76%). 

Le marché mondial des voitures de collection est évalué aujourd'hui environ à 55 milliards de dollars et progresse rapidement. Né au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, il s'est développé en Allemagne, en France et maintenant surtout au Moyen-Orient et en Asie où les ventes aux enchères se multiplient.

Attention pour autant, toutes les voitures anciennes ne sont pas dignes de figurer un jour dans une collection et ne voient pas leur valeur exploser. L'originalité esthétique et technique, le prestige, le palmarès, l'exclusivité façonnent la côte et expliquent des prix de plusieurs millions d'euros. Mais si certaines Ferraris ont vu leur cote exploser au cours des dix dernières années comme la GTO dont un des rares exemplaires s'est vendu 35 millions de dollars, d'autres n'ont pas bougé. Du côté des voitures françaises, les Bugatti, Delage, Delahaye et Talbot des années 1930 et 1950 restent des valeurs sûres tout comme les Citroën DS dont les prix s'envolent. Même les 2CV commencent à attirer les passionnés et les investisseurs.

Ainsi, l'épave incendiée d'une 2CV de 1988 s'est vendue aux enchères à 10.800 euros. Il faut dire que c'est la dernière sortie de l'usine Citroën de Levallois-Perret.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte