Monde

Où sont les néonazis? Une carte interactive de l'extrême droite en Allemagne

Annabelle Georgen, mis à jour le 20.03.2013 à 10 h 18

Capture d'écran du site Rechtes Land

Capture d'écran du site Rechtes Land

Rassembler toutes sortes de données sur les néonazis sous la forme d'une carte interactive. C'est le principe simple mais efficace de Rechtes Land («pays de droite»), un nouveau site Internet lancé par le datajournaliste allemand Lorenz Matzat, rapporte le quotidien de gauche Die Tageszeitung. En quelques clics, l'utilisateur a accès à des informations issues de différentes banques de données:

«Celui qui clique sur la carte reçoit des réponses à des questions que certains préfèreraient passer sous silence: Où ont eu lieu les rassemblements nazis en 2012? Où les nazis ont-ils commis des crimes? Où se trouve le lieu d'écoute des victimes le plus proche?»

Disponible en version bêta, cet atlas de l'extrême droite devrait s'enrichir prochainement de nouvelles informations, deux à cinq nouvelles bases de données devant être intégrées chaque semaine.

Le site a également une vocation historique: les monuments commémoratifs dédiés aux victimes du nazisme y seront par exemple bientôt répertoriés.

«Ce type de carte interactive devrait extrêmement simplifier la collaboration des différentes initiatives citoyennes», espère Lorenz Matzat.

En centralisant des données disparates, rassemblées en grande partie par des collectifs de militants antifascistes qui travaillent bénévolement, la carte permettra aux utilisateurs de recouper plusieurs types de données et d'avoir ainsi une image plus précise de la mouvance néonazie en Allemagne, estime le quotidien berlinois Der Tagesspiegel:

«Cela permet ainsi de tordre le cou à des clichés tenaces, comme par exemple l'idée qu'il n'y aurait un problème de néonazis qu'à l'Est.»

Le projet a été financé grâce au crowfunding, les dons des internautes ayant permis de dépasser largement l'objectif de 5.000 euros que l'équipe s'était fixée. Cette somme permettra de rémunérer deux salariés chargés de vérifier et de rassembler les données jusqu'à la fin de l'année.

A noter que si le projet réussit à dépasser les frontières de l'Allemagne, la carte pourrait devenir européenne, voire mondiale.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (343 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte