Culture

Le localisme sauvera-t-il les librairies indépendantes?

Temps de lecture : 2 min

Tattered covers book store par Tracie Hall via Flickr CC
Tattered covers book store par Tracie Hall via Flickr CC

Comparé à une espèce en danger à chaque fois qu’un changement se profile à l’horizon (apparition du livre de poche, des superstores, de l’ebook), le libraire indépendant doit s’appuyer sur la communauté pour survivre. Et même prospérer. Selon un article du journal américain Christian Science Monitor (CSM), 2012 aurait été la meilleure année de leur carrière pour certains aux Etats-Unis. Globalement, «les ventes dans les librairies indépendantes ont augmenté de 8% en 2012 par rapport à 2011, selon un sondage de l’American Booksellers Association».

Yvonne Zipp, correspondante pour CSM, a rencontré des libraires indépendants de la côte est américaine et dépeint une activité économique florissante, accompagnée d’un sens aigu de la communauté, tout à l’opposé de la «désintermédiation» proposée par des géants tels qu’Amazon. Ainsi, le stock de la librairie Bank Square Books, dans le Connecticut, a été sauvé des eaux de l’ouragan Sandy par une armée de clients et de voisins, qui ont également levé 7.000 dollars (5.400 euros) pour lui permettre de rouvrir.

En plus des rencontres avec les auteurs, qui fédèrent beaucoup de lecteurs, les librairies qui fonctionnent fidéliseraient la clientèle en proposant bien plus que des livres. BookPeople à Austin, Texas, a ainsi un employé permanent qui s’occupe exclusivement de l’organisation de camps de vacances pour adolescents. Les jeunes se bousculent pour nager, escalader et s’instruire avec des universitaires sur la mythologie greco-romaine dans ces camps inspirés de Percy Jackson, de Rick Riordan, une série de bestsellers qui décrit la vie de demi-dieux en Amérique. Et les parents font leurs achats dans la librairie.

La diversification des activités peut même représenter l’essentiel des revenus, comme pour le Battery Park Book Exchange and Champagne Bar à Asheville, en Caroline du Nord, qui engrange 80% de ses recettes grâce à sa petite restauration. Le propriétaire, Thomas Wright, explique:

«C’est un lieu de rencontre. En gros, nous vendons de la convivialité pour un certain prix. Pour la plupart [des clients], nos livres sont probablement vus comme du papier peint.»

Alors que le procès intenté à propos des ebooks à Amazon par trois libraires indépendants américains semble très mal parti, il semblerait qu’un marché de niche existe aussi dans le numérique. Par exemple, la librairie Singularity & Co. de Brooklyn se spécialise dans les œuvres de science-fiction et republie en format numérique des livres introuvables.

En France, les libraires tentent surtout de s’unir contre le géant d’Internet. Une plateforme de distribution mutualisée, Prisme, essaie d’offrir aux libraires des délais de livraison plus compétitifs. La tentative de concurrencer Amazon avec un réseau de libraires, 1001libraires, s’est soldé par un échec cuisant et le petit nouveau, Lalibrairie.com, doit encore faire ses preuves. Mais peut-être les chaînes sont-elles les plus grandes ennemies des petits libraires?

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

En plus du mouvement localiste –«buy local» en VO– qui a atteint une grande ampleur aux Etats-Unis, il semblerait que les libraires indépendants –ils s’y partagent 10% du marché total du livre–, aient notamment bénéficié de la faillite du géant Borders, dont les 399 magasins ont fermé en 2011. De quoi peut-être rassurer les libraires français qui s’inquiètaient de la fermeture de Virgin.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio