Economie

Google vous fait économiser 1,05 euro par jour

Pamela Duboc, mis à jour le 13.03.2013 à 14 h 45

Euro par Alf Melin via Flickr CC Licence by

Euro par Alf Melin via Flickr CC Licence by

Mesurer la valeur économique d’Internet est terriblement difficile parce que la majorité de ce qu’on y trouve est gratuit. Dans sa tribune-blog Free Exchange («libre échange»), le magazine The Economist a laissé la parole à trois experts du management et de l'économie en ligne. Ils ont tenté par différentes méthodes d’évaluer le surplus consommateur généré par Internet, c’est-à-dire la différence entre le prix d’un bien ou d’un service et ce que le consommateur serait réellement prêt à payer.

L’article original de The Economist –que commentent les trois professeurs– cite une étude du groupe de l’agence de consultants McKinsey, qui a demandé à 3.360 personnes dans six pays ce qu’ils paieraient pour 16 services sur Internet qui sont en ce moment majoritairement financés par la publicité:

«En moyenne, un ménage paierait 38 euros par mois pour des services dont ils bénéficient gratuitement actuellement.»

Les services les plus riches en «surplus» étaient selon l’étude: l’e-mail, la recherche et les réseaux sociaux. L’agence McKinsey a estimé le surplus consommateur généré à 69 milliards d’euros en Europe et à 32 milliards d’euros aux Etats-Unis par an.

Une autre façon de calculer la valeur qu’Internet a pour les gens consiste à estimer le temps qu’il leur fait gagner.

Yan Chen, professeur en sciences de l'information dans le Michigan, a réalisé avec ses collègues une expérience, en partie financée par Google, dans laquelle des volontaires devaient chercher la réponse à des questions plus ou moins triviales, soit sur Internet, soit dans la bibliothèque de l’université du Michigan. Ces questions avaient été rassemblées à partir de véritables requêtes sur Google et incluaient des énigmes telles que «lorsque l’on fait des cookies, l’utilisation de margarine à la place du beurre affecte-t-elle la taille des biscuits?».

Les chercheurs ont trouvé qu’il fallait en moyenne 22 minutes pour répondre à ces questions en utilisant le matériel papier de la bibliothèque alors qu’une recherche Internet ne prenait que 7 minutes en moyenne.

Ces résultats ont été analysés par Hal Varian, économiste en chef chez Google, qui en a déduit que l’usager moyen économise 3,75 minutes de son temps chaque jour grâce à l’utilisation d’Internet. Puisque le salaire moyen aux Etats-Unis est de 22 dollars (17 euros) de l’heure, Hal Varian a calculé un surplus consommateur de 500 dollars (380 euros) par an. La fourchette obtenue est bien plus élevée que pour l’étude de l’agence McKinsey, puisque Hal Varian estime entre 65 et 150 milliards de dollars (50-115 milliards d’euros) le surplus consommateur annuel aux Etats-Unis. Par personne et par jour, cela équivaut à 1,37$ (1,05€) en temps économisé.

Shane Greenstein, professeur en management à Chicago, s’est quant à lui fondé sur le temps passé en ligne pour estimer la contribution de Wikipedia au surplus consommateur d'Internet.

Wikipedia correspond à 0,5% de la durée globale passée sur Internet, mais son utilisation ne s’est véritablement répandue qu’après la démocratisation de l’Internet haut débit. Le professeur Greenstein et son collègue Ryan McDevitt de l’université de Rochester ont estimé, en s’appuyant sur l’évolution de l’offre et de la demande, le surplus consommateur généré par l’arrivée de l’Internet haut débit à 8,7 milliards de dollars (6,7 milliards d’euros) en 2006. Sur cette somme, les 0,5% rapportés par Wikipedia équivalent à 43,5 millions de dollars (33,35 millions d’euros).

Les chercheurs estiment également que la valeur rapportée par Internet augmente alors qu’Internet devient plus complet. Ils pensent donc qu’il faut estimer à 50 millions de dollars le surplus consommateur apporté en 2013 par Wikipedia.

Comme le rappelle The Economist, il est cependant très délicat de connaître la valeur exacte d'un service pour une personne en particulier. Aussi, si plus de services venaient à être payants sur Internet, il n'est pas garanti que les usagers ne retournent pas à d'autres activités gratuites.

Pamela Duboc
Pamela Duboc (60 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte