Monde

Une compagnie aérienne retarde un vol pour qu'un passager puisse dire adieu à sa mère mourante

Temps de lecture : 2 min

un avion United Airlines / lostinfog via Flickr CC License by
un avion United Airlines / lostinfog via Flickr CC License by

Grâce à la compagnie aérienne américaine United Airlines, qui a retardé volontairement un vol, un passager a pu dire adieu à sa mère agonisante, raconte sur son site l'avocat et journaliste Christopher Elliott.

Kerry Drake travaille pour le gouvernement fédéral à San Francisco, explique Elliott. Sa mère souffrait depuis plusieurs années de polyarthrite rhumatoïde, une maladie dégénérative qui détruit les articulations.

Un matin, Kerry Drake reçoit un appel de son frère, qui lui annonce que leur mère est mourante. L'homme achète immédiatement un billet d'avion pour rejoindre Lubbock (Texas) le plus rapidement possible.

Le premier avion en partance de San Francisco, le vol 667 de United Airlines, est à destination de Houston. De là, Kerry Drake prévoit de prendre un second avion pour Lubbock afin d'arriver à temps pour voir une dernière fois sa mère.

«Je savais que cet itinéraire était risqué à cause de l'escale de seulement quarante minute à Houston, explique-t-il à Elliott. Et l'avion que je devais prendre là bas était le dernier de la journée pour Lubbock. Mais je devais y être aussi vite que possible, alors j'ai pris le risque.»

A San Francisco, son premier vol est retardé. Kerry Drake est alors persuadé qu'il ne reverra pas sa mère avant qu'elle ne meure, et raconte son histoire à deux membres de l'équipage, qui lui offrent de quoi sécher ses larmes et lui assurent qu'ils feront tout pour l'aider. L'un d'entre eux se renseigne sur le numéro du second vol et transmet l'information au pilote.

Mais lorsque l'avion atterrit enfin à Houston, les portes d'embarquement du vol à destination de Lubbock sont déjà closes, raconte Kerry Drake:

«Alors que je courrais vers la porte d'embarquement, l'agent m'a vu arriver et a crié “Monsieur Drake? Nous vous attendions.” C'est là que j'ai compris qu'ils avaient tous conspiré pour m'aider. Elle m'a indiqué le chemin jusqu'à l'avion sans même regarder mon billet.»

Le pilote du vol 667 avait contacté la tour de contrôle, qui a relayé l'information au pilote du second vol. Les bagages de Kerry Drake ont également été chargés dans l'avion pour Lubbock en urgence. Grâce aux efforts de United Airlines, il est arrivé à temps à l'hopital où sa mère était hospitalisée.

«A un moment, elle a ouvert les yeux et je pense qu'elle m'a reconnu, explique-t-il à CNN. Vers quatre heures du matin, elle a eu un réel moment de cohérence, un dernier échange, même si nous ne le savions pas à ce moment là. Ce fut la dernière fois.»

Dans un courrier, l'homme a remercié tous les membres de la compagnie. «Nos employés ont travaillé ensemble ce jour-là pour aider ce passager», note la porte-parole de United, dont les propos sont rapportés par la chaîne américaine.

«Si j'avais raté mon vol pour Lubbock, je n'aurais pas pu dire adieu à ma mère, affirme Kerry Drake à Elliott. Lorsqu'elle est morte, j'ai réalisé que je séchais mes larmes avec une serviette de la compagnie.»

Célésia Barry

Newsletters

 Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

[Interview] À l'approche de l'élection présidentielle du 24 juin, la sociologue Élise Massicard explique que les fraudes électorales n'ont pas commencé avec Erdogan et l'AKP, même si elles ont pris une nouvelle ampleur ces dernières années.

Trump et le décret qui ne servait à rien

Trump et le décret qui ne servait à rien

Donald Trump voudrait passer pour un bienfaiteur sauveur d’enfants. En réalité, son décret n’empêchera pas la détention de mineurs et mineures, ni les traumatismes qui en découlent. Certains enfants ne reverront jamais leurs parents.

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Un quart des personnes noires tuées par la police n'était pas armé.

Newsletters