Monde

L’Internet mobile est arrivé en Corée du Nord… mais seuls les étrangers peuvent en profiter

Temps de lecture : 2 min

Peinture murale en Corée du Nord
Peinture murale en Corée du Nord

L’opérateur mobile nord-coréen Koryolink a enfin ouvert son réseau 3G à l’Internet mobile, selon le site dédié aux nouvelles technologies The Next Web.

Pour l’instant, seuls les visiteurs et les résidents étrangers peuvent utiliser leur smartphone sur le réseau puisque, comme le précise l’Associated Press, ils ne sont pas soumis aux mêmes restrictions que les Nord-Coréens, qui eux n'ont pas le droit d'accéder à Internet:

«L’Internet sans fil ne sera pas encore offert aux Nord-Coréens, qui sont gouvernés par des lois de télécommunications différentes des étrangers. Les Nord-Coréens pourront accéder à certains services de la 3G, tels que les SMS et les MMS, les appels vidéos et la lecture du Rodong Sinmun, le journal du gouvernement —mais pas à l’Internet global.»

Les étrangers pourront poster leurs photos sur Instagram seulement après avoir fait l’acquisition d’un modem USB pour l'équivalent de 75 euros ou d’une carte SIM pour 150 euros. En ce qui concerne le transfert de données, il faudra compter 150 euros pour 2GB et 400 euros pour 10GB.

D’après le directeur des affaires internationales de la radio étrangère diffusée en Corée du Nord, Open Radio for North Korea, le nouveau service, qui serait de toute façon hors de prix pour les Nord-Coréens, servira avant tout à remplir les caisses:

«Je pense que cette mesure est une simple astuce pour faire rentrer des devises étrangères. Pyongyang sait qu’il est inévitable que les touristes mettent en ligne leurs photos et bloguent après leurs visites, donc la seule différence sera le moment pendant lequel les visiteurs pourront diffuser ces informations. En laissant les étrangers utiliser Internet pendant leur séjour, ils peuvent attirer plus de touristes, mais pour la population Internet reste interdit.»

La mesure fait suite à un assouplissement de la loi pour les étrangers qui, jusqu’en janvier 2013, leur interdisait d’amener leur propre téléphone dans le pays. Selon le blog spécialiste de la Corée du Nord NK News, les visiteurs pouvaient jusqu’alors accéder aux informations étrangères uniquement par le biais de quelques chaînes de télévision diffusées dans les hôtels de la capitale.

Koryolink, qui est la propriété de la Corporation des postes et télécommunications coréenne et du groupe Egyptien Orascom, compte plus d’un million d’abonnés, soit environ 5% de la population.

Pamela Duboc

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters