Economie

Comment la France est devenue si paresseuse

Slate.fr, mis à jour le 23.02.2013 à 9 h 03

Manifestation d'employés d'ArcelorMittal à Florange, en mars 2012. REUTERS/Vincent Kessler

Manifestation d'employés d'ArcelorMittal à Florange, en mars 2012. REUTERS/Vincent Kessler

Et si le patron américain de Titan, Maurice Taylor, avait derrière les propos incendiaires et les insultes dans sa lettre à Arnaud Montebourg dit quelques vérités pas toujours bonnes à entendre. C'est ce qu'écrit sans surprise The Economist. Et c'est aussi ce que pense de façon plus surprenante le site de gauche américain The Daily Beast et sa correspondante en France Janine di Giovanni. En dépit de ses outrances, Maurice Taylor, a manifestement touché une corde sensible à voir l'ampleur des réactions outragées à sa tirade caricaturale contre les syndicats, les travailleurs et le gouvernement français. «Il est de plus en plus évident que les règles syndicales oppressantes, le chômage élevé, les taxes élevées et un manque déconcertant d'esprit d'entreprise sont les signes d'un pays en crise».

Pour The Daily Beast, le mal français commence à l'école et de citer et interviewer Peter Gumbel, auteur du livre On Achève Bien les Écoliers. Il accuse le système scolaire français d'avoir créé une génération de bureaucrates incapables de changer leur façon de voir le monde. «L'objectif de l'école française n'est pas de transmettre les joies de l'apprentissage mais de supporter un système de compétition forcenée. Ceux qui survivent sont filtrés pour diriger le gouvernement et le secteur privé. Et ceux qui ne survivent pas sont ridiculisés sans pitié».

La France a des ressources et un potentiel considérables souligne Janine di Giovanni, mais elle est incapable de les valoriser et de les mettre en œuvre. Les créateurs en France, les Marck Zuckerberg et les Steve Jobs n'ont aucune chance de pouvoir s'exprimer et de créer Facebook ou Apple. «Il n'y a pas d'esprit d'entreprise… L'Etat et le poids de l'administration découragent la prise de risques... L'argent est considéré comme vulgaire».

Janine di Giovanni cite une plaisanterie douloureuse et commune en Europe au sujet de la France: «Dieu a créé la France, le plus beau pays au monde avec tellement de bonnes choses qu'il a fini par se sentir coupable. Il a du faire quelque chose pour être un peu plus juste avec les autres pays. Alors il a créé le peuple Français»

Janine Di Giovanni conclut son article en expliquant que son mari Français, ses amis français et même son fils de neuf ans détestent cette plaisanterie. Mais elle estime qu'elle détient aussi une part de vérité. Souvent les Français peuvent être leur pire ennemi. «Qu'ils l'aiment ou pas, ils doivent accepter la mondialisation ou mourir».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte