Culture

Les discours des Oscar décortiqués par la science

Temps de lecture : 2 min

Réplique de statuettes des Oscars dans une boutique de cadeaux à Hollywood Antoine Taveneaux via Wikimedia Commons License by

Que trouve-t-on dans les discours de remerciements aux Oscar? Qui les gagnants remercient-ils? Toutes ces questions, et bien d'autres ont maintenant leur réponse grâce à une étude menée par Rebecca Rolfe, une étudiante de l’Institut de technologie de Géorgie, reprise dans le Time.

Il en ressort qu'avec le temps, les discours se sont rallongés (d'une quarantaine de seconde dans les années 1960 à presque deux minutes dans les années 2000), du fait de la mise en place d'une sorte de protocole exigeant de remercier le plus de monde possible et éviter la gaffe de l'oubli. 79% des discours finissent sur un «merci»

Les récompensés sont également 40% à remercier l'Académie des Oscars, 48% leur famille, et 61% la production. Les acteurs remercient plus souvent les autres nominés (25%) que les réalisateurs (16%), car ils seront probablement davantage amenés à travailler ensemble.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les récompensés ne pleurent pas si souvent que ça. Les acteurs sont 21% à pleurer, contre 6% des réalisateurs. Et 7% des pleurs ont eu lieu après 1995, ce qui pour Rolfe répond probablement à des «attentes sociales».

Enfin, hommes et femmes divergent sur quelques points, et notamment sur la manière de tenir leur précieuse statuette. Les femmes sont 47% à étreindre leur récompense contre 21% des hommes, qui eux seront 26% à la brandir contre 12% des femmes.

Newsletters

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Wendy Carlos: la femme trans qui a repoussé les limites du synthé

Née dans un corps d'homme, cette grande dame de l'expérimentation électronique a notamment travaillé avec Robert Moog et signé l'album «Switched-on Bach» qui demeura longtemps le plus vendu de l'histoire.

«Les Olympiades» de Jacques Audiard: vivre, s'aimer, baiser

«Les Olympiades» de Jacques Audiard: vivre, s'aimer, baiser

Le réalisateur montre, avec tendresse et dans un Paris sublimé par le noir et blanc, qu'il reste de belles histoires à raconter.

Comment une petite ville paisible a adopté le Hellfest

Comment une petite ville paisible a adopté le Hellfest

Dans une série de podcasts produite par France Bleu Loire Océan, Capucine Frey tire le portrait de Clisson, 7.500 habitants, et de son histoire d'amour avec le festival de métal.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio