Monde

Selon le cardinal Peter Turkson, les traditions africaines protègent de l'homosexualité et de la pédophilie

Célésia Barry, mis à jour le 21.02.2013 à 12 h 42

Le cardinal Peter Turkson lors de son interview par CNN.

Le cardinal Peter Turkson lors de son interview par CNN.

Les tradition africaines protègent de l'homosexualité... et donc aussi de la pédophilie. C'est ce qu'affirme le cardinal Peter Turkson, l'un des favoris à la succession du pape Benoît XVI, rapporte le site Gawker.

Dans une interview à CNN menée par la journaliste Christiane Amanpour, celui qui pourrait devenir le premier souverain pontife noir explique qu'il est impossible que le scandale des prêtres pédophiles prenne en Afrique les mêmes proportions qu'en Europe et en Amérique du Nord.

«L’homosexualité ou dans ce cas de figure toute liaison entre deux personnes du même genre ne sont pas tolérées par notre société», a-t-il déclaré.

Cette affirmation du cardinal selon laquelle l'homosexualité des prêtres serait la cause de ces abus a immédiatement suscité de nombreuses réactions, souligne le Huffington Post.

«Si nous entendons moins parler des crimes sexuels du clergé en Afrique et de leur dissimulation, c'est pour les mêmes raisons que dans les pays en développement: il y a moins de financement pour l'application des lois, les systèmes juridiques sont moins vigoureux, le journalisme est moins indépendant et les ecclésiastiques ont plus de pouvoir sur leurs fidèles», note un porte-parole du SNAP, le réseau des survivants des abus des prêtres, sur le site du Daily Mail.

Ruth Hunt, directrice des affaire publiques à Stonewall UK, une association LGBT, a également condamné ces propos, indique Gawker.

«La remarque du cardinal Turkson révèle une indifférence surprenante quant aux droits de millions de personnes à travers le monde.»

Une étude commandée en 2011 par des évêques catholiques américains affirme que l'homosexualité n'est pas la cause de ces abus, note le Huffington Post. Selon le New York Times, «le rapport note que les hommes homosexuels ont commencé à entrer dans les séminaires “en nombre notable” des années 1970 aux années 1980. Au moment où ils sont entrés dans la prêtrise, dans le milieu des années 1980, le nombre d'abus sexuels commis sur des mineurs par des prêtres a commencé à baisser puis s'est stabilisé. Les abus ont diminué lorsque plus de prêtres gays ont commencé à servir l'église».

Aucun lien, donc, entre l'homosexualité et les abus sexuels. Une conclusion confirmée par l'American Psychological Association sur le site de CNN. L'association signale que les agressions sexuelles ne sont pas plus fréquentes chez les homosexuels que chez les hétérosexuels.

Le scandale des prêtres pédophiles avait éclaté en 2002, lorsque vingt-quatre prêtres du diocèse de Boston ont été accusés d'avoir agressé sexuellement des enfants, rappelle le Nouvel Observateur. Deux ans plus tard, une étude révélait que onze milles enfants auraient été victimes de prêtres pédophiles aux Etats-Unis entre 1950 et 2002. A la suite de ces révélations, le scandale s'était étendu en Europe.

Célésia Barry
Célésia Barry (113 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte