Life

A 104 ans, il faut mentir si on veut son profil Facebook

Cécile Dehesdin, mis à jour le 21.02.2013 à 9 h 39

Capture d'écran du profil Facebook de Marguerite Joseph

Capture d'écran du profil Facebook de Marguerite Joseph

Marguerite Joseph avait 102 ans quand sa petite-fille, à qui la famille demandait régulièrement des nouvelles de sa grand-mère sur Facebook, a décidé de lui ouvrir sa propre page sur le réseau social, rapporte Click on Detroit. Marguerite est aveugle et dure d'oreille, mais Gail Marlow, sa petite-fille, lui lit tous les jours les messages qu'elle reçoit, et y répond avec elle.

Le problème de Gail, c'est que Facebook ne veut pas croire qu'on puisse avoir 102 ans (ni 105 le 19 avril prochain) et avoir sa page. A chaque fois que la jeune femme essaye d'entrer l'année de naissance de sa grand-mère, le site lui retourne une «erreur inconnue» et recale automatiquement l'année à 1928. Gail a inondé Mark Zuckerberg de messages (l'histoire de Click on Detroit ne dit pas si elle a payé 100 dollars pour qu'il en reçoive un à coup sûr), avant d'abandonner, acceptant qu'il devait s'agir d'un bug dans le système.

Le porte-parole de Facebook Andrew Noyes a dit à l'Associated Press ce mercredi que l'entreprise travaillait pour régler un problème qui empêche l'usage de dates de naissance avant 1910. L'initiative concernant Marguerite Joseph vient plus de sa petite-fille que de la dame elle-même, comme l'explique Gail:

«Je chéris ces moments que nous passons ensemble. Elle comprend qu'on est sur Internet, elle comprend qu'on parle à des membres de notre famille, mais est-ce qu'elle comprend les médias sociaux? Probablement pas.»

Mais certaines personnes âgées sont résolument geek, comme l'expliquait Titiou Lecoq en 2011, au point de permettre de créer un nouveau lien social intergénérationnel:

«Or ces vidéos toutes simples de mamies qui explosent de rire devant un écran d’ordinateur surprennent précisément par leur familiarité avec notre quotidien. On n’est plus devant l’aïeul qui détient toute la sagesse du monde, ni devant le grabataire sénile. Les vieux aussi se marrent sur Internet et, pire, ils rient des mêmes conneries que nous. Se dessine alors un pont entre deux générations assez éloignées, grands-parents et petits-enfants. Toujours dans la série des vidéos des gens qui découvrent Photobooth, cette grand-mère se prend un fou rire avec sa petite-fille, ou quand le lol génère du lien social.»

Comme quoi, il n'y a pas que la présence des moins de 13 ans sur le réseau social qui peut faire réfléchir.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte