Monde

En intervenant au Mali, la France s'est comportée en «leader du monde libre»

Temps de lecture : 2 min

arrivée d'hélicoptères de l'armée française sur une base aérienne de Bamako, le 16 janvier 2013. REUTERS/Joe Penney.
arrivée d'hélicoptères de l'armée française sur une base aérienne de Bamako, le 16 janvier 2013. REUTERS/Joe Penney.

«La France, leader du monde libre»: sous ce titre lyrique, le site américain The Daily Beast consacre un long article élogieux au rôle international de la France depuis le début de son intervention au Mali, mi-janvier, affirmant même qu'elle constitue «une superpuissance virile [sic] et décidée, au contraire de l'Amérique». Si «le jugement final sur les interventions françaises en Libye et au Mali prendra du temps, estime l’article, on ne peut pas mettre en doute le fait que la France s’est montrée encline à agir à des moments où ses pairs ne l’étaient pas».

Citant plusieurs chercheurs français (Philippe Moreau Defarges de l’Ifri ou François Heisbourg de l’IISS, notamment), The Daily Beast affirme que l’opération Serval a conduit à une «réévaluation tranchée de la position internationale de la France, spécialement en Amérique», dix ans après l’opposition de Jacques Chirac à l’intervention en Irak, ainsi qu’à une «réaffirmation d’un pouvoir français indépendant au sein d’une Europe souffreteuse et d’une Otan affaiblie par chaque coupe dans les budgets militaires».

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters