Monde

Une partie du sarcophage de Tchernobyl s’est écroulée

Temps de lecture : 2 min

Vue générale de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 14 mai 1988.   D.Dudouble/Reuters
Vue générale de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 14 mai 1988. D.Dudouble/Reuters

Le 12 février 2013, une partie du toit et des murs du sarcophage de béton construit en 1986 pour empêcher la propagation des radiations de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, s’est écroulé, rapporte le Korrespondent. La surface détruite mesurerait environ 600m2(vous pouvez voir des images de l'effondrement ici).

Selon Dmitry Bobrov, premier représentant de l’agence nationale pour la zone d’exclusion autour de Tchernobyl, aucune augmentation des radiations n’a été détectée par les capteurs installés sur place, indique Vesti. Valeriy Kalchenko, président du comité parlementaire sur les politiques environnementales, la gestion des ressources naturelles et l’élimination des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, a confirmé que les «radiations sont dans les normes».

Le réacteur n°4, qui a explosé le 26 avril 1986, contient encore près de 200 tonnes de combustible radioactif, rappelait Le Figaro en 2011. Le sarcophage en béton, posé à la hâte, se fissurait depuis déjà plusieurs années. L’écroulement de son toit intervient avant que la nouvelle construction protectrice, une arche d’alliage hermétique épaisse de 12m et lourde de 29.000 tonnes, ait fini d’être construite par le consortium Novarka (Vinci et Bouygues).

En savoir plus:

Pamela Duboc

Newsletters

Pour le Parti communiste chinois, les idoles des jeunes ne sont pas assez viriles

Pour le Parti communiste chinois, les idoles des jeunes ne sont pas assez viriles

Des stars comme Kris Wu ou Luhan font un malheur auprès des jeunes, mais elles ne correspondent pas aux idéaux machistes du Parti communiste chinois.

Big brother chez les Ouïghours

Big brother chez les Ouïghours

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un sénateur australien déclare être une femme pour pouvoir critiquer l'avortement

Un politicien conservateur annonce qu'il veut changer d'identité de genre afin de critiquer l'IVG en paix.

Newsletters