Life

Lien entre jeux vidéo et violence: ce que l'on sait (et ce que l'on ne sait pas)

Grégoire Fleurot, mis à jour le 12.02.2013 à 17 h 59

Image promotionnelle du jeu Call of Duty: Black Ops 2

Image promotionnelle du jeu Call of Duty: Black Ops 2

Les jeux vidéo violents rendent-ils ceux qui y jouent plus violents? La question est débattue et étudiée depuis plus de trente ans, à l’époque où les jeux vidéo ont fait leur entrée dans le salon de nombreuses familles.

En 1976 déjà, le jeu d'arcade 8 bits Death Race, dont le but était de renverser des personnages avec une forme ressemblant vaguement à une voiture, avait déclenché l'indignation d'une partie de la classe politique américaine.

Depuis, la question revient périodiquement, notamment après des faits divers violents. La tuerie de l’école de Sandy Hook à Newtown, dans le Connecticut, au cours de laquelle Adam Lanza a tué 26 personnes, dont une majorité d’enfants, n'a pas échappé à la règle. A tel point que Barack Obama a annoncé le mois dernier qu’il allait demander au Congrès de financer de nouvelles études sur l’impact des jeux vidéo violents sur les jeunes.

En attendant les nouvelles recherches, le New York Times fait le point dans un article très instructif paru lundi 11 février sur les études disponibles actuellement sur le sujet.

Une seule certitude ressort des travaux dont on dispose aujourd’hui: il n’y a pas de consensus sur la question dans son ensemble au sein de la communauté scientifique, même si plusieurs points spécifiques sont désormais avérés.

Lors de votre prochain débat sur la question avec vos parents ou vos collègues, et si vous ne vous appelez pas Claire Gallois, voici les trois seules affirmations que vous pourrez soutenir en affirmant avoir la science de votre côté:

1. Jouer à des jeux vidéo violents entraîne une hausse d’agressivité temporaire à court terme

Les expériences en laboratoire à court terme confirment «ce que tout gamer sait d’instinct: jouer à des jeux comme Call of Duty, Killzone 3 ou Battlefield 3 crée de l’excitation», écrit le New York Times. De nombreuses études ont montré qu’une certaine dose de jeu vidéo violent fait agir de manière plus agressive, au moins pendant quelques minutes après la fin de la partie.

2. On ne sait pas si jouer à des jeux violents pendant une longue période augmente la probabilité de commettre un crime violent

Certaines études en milieu scolaire ont montré que les adeptes des jeux violents ont tendance à se retrouver dans plus de bagarres avec leurs camarades. Et une majorité de chercheurs pense que, si les médias violents (jeux vidéo et films) ne sont pas le seul facteur explicatif des tueries dans les écoles, ils représentent un des nombreux facteurs qui rentrent en compte, rapporte le New York Times.

Mais d’autres n’en sont pas convaincus, et des études ont montré que ce sont les enfants agressifs qui ont tendance à jouer aux jeux vidéo violents, ce qui inverse le problème.

3. La hausse des ventes de jeux vidéo violents ne coïncide pas avec une hausse des crimes violents chez les jeunes

Aux Etats-Unis, les ventes de jeux vidéo ont plus que doublé depuis le milieu des années 1990, tandis que le nombre de jeunes délinquants violents a diminué de plus de moitié sur cette période.

Quand on regarde de manière plus précise, les périodes de fortes ventes de jeux vidéo dans l’année correspondent à des périodes plus calmes au niveau des crimes violents dans les villes universitaires, où l'on recense une forte concentration de joueurs.

Mais l’interprétation de ces résultats est sujette à caution: on pourrait penser que les jeunes qui passent leur journée à jouer devant leur écran ont moins d’occasions de s’attirer des ennuis dans la rue, mais rien ne le prouve.

Que vous soyez convaincu d’un lien ou au contraire sceptique, ces trois vérités devraient vous permettre d’avoir une discussion éclairée et constructive avec vos interlocuteurs... à défaut de vous faire gagner le débat à tous les coups.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte