Monde

Un chien renifleur pourrait résoudre l'énigme du Dahlia noir

Temps de lecture : 2 min

Elizabeth Ann Short, 1943, via Wikimedia Commons
Elizabeth Ann Short, 1943, via Wikimedia Commons

L'affaire du Dahlia noir est célèbre, notamment depuis le roman de James Ellroy. Le 15 janvier 1947, le corps d'Elizabeth Ann Short, une jeune serveuse de 22 ans qui rêvait de devenir actrice, est retrouvé mutilé dans un parc de Los Angeles, en Californie. Aucune trace de sang n'a été découverte près du cadavre, dans le parc: la jeune femme aurait donc été assassinée ailleurs. Le coupable n'est jamais retrouvé.

L'affaire pourrait connaître une nouvelle avancée grâce à un chien pisteur, rapporte The Daily Beast. Steve Hodel, un ancien enquêteur de la police de Los Angeles, a découvert une nouvelle piste qui pourrait mener vers le coupable de ce meurtre vieux de soixante-six ans.

En 2004, il publie L'affaire du Dahlia noir, un complément d'enquête dans lequel il accuse son propre père, le chirurgien George Hill Hodel, d'avoir assassiné Elizabeth Short et huit autres femmes dans la région de Los Angeles. La façon dont le corps a été découpé, explique The Examiner, trahit le travail d'un chirurgien et d'un médecin. De plus, à la mort de son père, Steve Hodel retrouve dans ses affaires une photographie de la jeune femme.

En novembre dernier, Steve Hodel engage le détective Paul Dostie et son chien Buster, un labrador de neuf ans formé dans les cimetières à la recherche de cadavres. Comme le rapporte le Daily Beast, les os décomposés dégagent une marque chimique reconnaissable que Buster peut sentir des dizaines d'années après la décomposition.

Le labrador particulièrement doué a déjà de l'expérience dans la recherche de cadavre: il a aidé à la découverte de Marines américains enterrés au Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, de victimes du tueur américain Charles Manson ou encore de tombes pirates vieilles de deux siècles en Floride.

Steve Hodel est persuadé que le crime a eu lieu à Sowden House, une maison hollywoodienne qui a appartenu à son père et où il a passé son enfance, explique The Examiner. Les rapports de police de l'époque révèlent que «des cris de femmes ont été entendus venant du sous-sol de la maison». Steve et sa mère étaient absents à ce moment-là.

C'est dans ce sous-sol que Steve Hodel mène le détective et Buster, qui alerte son maître sur la présence à plusieurs endroits d'une odeur de cadavre. Mais le chien n'est pas capable de différencier les formes de décomposition humaine, note the Daily Beast. L'odeur qu'il a détectée pourrait être celle de sang (ce qui confirmerait la thèse selon laquelle Elizabeth Short a été assassinée à Sowden House), de cendres humaines ou même de fœtus, George Hodel étant connu pour pratiquer des avortement à domicile.

Des prélèvements ont été faits pour connaître la véritable nature de la marque chimique découverte par Buster. S'ils sont positifs, le labrador pourrait résoudre, grâce à son flair, l'une des plus anciennes affaires criminelles de Los Angeles.

Newsletters

Le Covid-19 semble aiguiser l'appétit de la Chine communiste pour Taïwan

Le Covid-19 semble aiguiser l'appétit de la Chine communiste pour Taïwan

Le désir de Pékin de contrôler cette île perçue comme rebelle ne peut qu'être avivé par l'incontestable succès de la limitation du coronavirus.

Comment un voyage peut changer votre vie (Rediffusion)

Comment un voyage peut changer votre vie (Rediffusion)

Nous venons de traverser une période peu propice aux rencontres et par conséquent aux enregistrements si forts et personnels de Transfert. Pour ne pas vous laisser sans épisode pendant plusieurs semaines, nous avons choisi de vous rediffuser...

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Donald Trump et les médias, c'est compliqué: quand une info lui déplaît, il hurle à la «fake news» et fait huer les journalistes dans ses meetings. Même Fox News, pourtant très à droite, n’est pas exempte de ses critiques. La...

Newsletters