Parisiennes: vous pouvez porter un pantalon (enfin!)

Chères Parisiennes, depuis le 31 janvier 2013, vous avez le droit de porter un pantalon. Oui, le droit. Comme le souligne Le Parisien, «il aura fallu attendre la date du 31 janvier 2013 pour que le ministère des droits des femmes n'abroge -de façon implicite- l'“ordonnance concernant le travestissement des femmes” qui leur faisait encourir, depuis plus deux siècles, l'emprisonnement».

En 2010, le blog Antiblogue la Mode revenait sur cette interdiction que beaucoup ignoraient et qui remontait à la Révolution française, plus précisément d'une ordonnance de police du 26 brumaire an VIII (17 novembre 1799), signée par le préfet de police de Paris:

«Révolutionnaires, les amazones de 1789 tentèrent le port de la culotte en signe d’égalité, mais elles ne furent guère suivies. Théroigne de Méricourt fut dénudée et fouettée. Olympe de Gouge finit guillotinée en 1793 pour ses idées (égalité des sexes) et ses vêtements. Face à ces soubresauts de révolution pas seulement d’ordre symbolique, le préfet de Paris, Dubois, décide en 1800 de prendre des mesures pour remettre les femmes dans le droit chemin (16 brumaire an IX). Le préfet réagit parce que « beaucoup de femmes se travestissent » et ordonne que :

2.Toute femme, désirant s’habiller en homme, devra se présenter à la Préfecture de police pour en demander l’autorisation.

3. Cette autorisation ne sera donnée que sur le certificat d’un officier de santé…»

Le débat avait refait surface en 2003 avec un député UMP, Jean-Yves Hugon, rappelait Antiblogue la Mode, qui avait demandé à la ministre déléguée à la parité Nicole Ameline de modifier l’ordonnance de 1800 qui fit que George Sand (originaire de l’Indre comme le député) devait demander une autorisation pour porter le pantalon. La ministre répondit que «la désuétude est parfois plus efficace que l’intervention».

En 2010, Rue89 rappelait qu'«en 1892 et 1909, si l’on en croit l’AFP, deux circulaires préfectorales auraient autorisé les femmes à se couvrir les jambes sous certaines conditions: “Si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval.”»

Le Parisien explique que cette fois-ci, la demande d'abrogation a été déposée par du sénateur de la Côte-d'Or Alain Houpert en juillet 2012 devant le ministère des droits des femmes:

«Six mois plus tard, une réponse affirmative est inscrite au Journal officiel: “Cette ordonnance est incompatible avec les principes d'égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la (...) De cette incompatibilité découle l'abrogation implicite de l'ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu'une pièce d'archives, conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris”, écrit ce ministère.»

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 03/02/2013
Mis à jour le 03/02/2013 à 11h49