Partager cet article

Le gouvernement tchèque veut rendre l'eau moins chère que la bière

Pendant la fête de la bière à Munich en septembre 2009. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Pendant la fête de la bière à Munich en septembre 2009. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Comment ne pas devenir alcoolique? En République tchèque, dans la plupart des restaurants et des bars, la bière coûte moins cher que l’eau. Le ministre de la Santé tchèque, Leos Heger, voudrait que ça change.

«Il veut obliger les restaurants et les bars à offrir au moins une boisson non alcoolisée à un prix inférieur à la même quantité en bière, surtout pour donner une alternative aux adolescents, qui peuvent boire légalement dès 18 ans», raconte The Wall Street Journal.

Dans la majorité des bars tchèques, 500 millilitres de bière coûtent environ 1 dollar (0,75 euros), alors qu’«une portion semblable d'eau, de jus ou de soda coûte généralement deux fois plus. Offrir de l’eau du robinet gratuite au restaurant, comme aux Etats-Unis, est extrêmement rare».

D’après The Wall Street Journal, le taux de consommation de bière par habitant en République tchèque est aujourd’hui le plus élevé du monde:

«Les Tchèques boivent en moyenne 37 gallons (140 litres) de cette substance par personne et par an, […] soit plus du double que les Américains.»

Une des solutions proposées par le ministre serait d’offrir des pichets d'eau du robinet aux clients de bar ou de restaurants. Problème: les propositions du ministre, qui n’ont pas encore été examinées par le Parlement, ne semblent pas faire l’unanimité. D’après lui, et comme le souligne The Wall Street Journal, cette résistance est causée par «une aversion générale tchèque à la réglementation gouvernementale, un héritage de plusieurs décennies de régime communiste répressif».

En Russie, jusqu’à très récemment, la bière n’était même pas considérée comme un alcool, mais comme une denrée alimentaire. Dimitri Medvedev a signé le 20 juillet 2011 une loi pour classer officiellement la bière dans la catégorie des boissons alcoolisées, rapportait à l’époque la BBC. Cette décision s’inscrivait alors dans une campagne du gouvernement russe pour lutter contre la consommation d’alcool, qui atteint des niveaux problématiques dans le pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte