Affaire Cahuzac: Michel Gonelle raconte sa version des faits

Jérôme Cahuzac, le 26 octobre 2012 à Paris. REUTERS/Charles Platiau.

Michel Gonelle, détenteur de l'enregistrement mettant en cause Jérôme Cahuzac et son potentiel compte bancaire en Suisse, s'est entretenu avec Sud Ouest. Après avoir été entendu mi-janvier par la brigade financière de la police judiciaire, pour les besoins de l'enquête ouverte par le parquet de Paris afin de vérifier l'existence du compte du ministre, Gonelle, qui fut l'adversaire politique de Cahuzac, revient sur son propre rôle dans cette affaire.

Lors de son audition, il dit avoir expliqué comment il s'est retrouvé en possession des enregistrements incriminés, sur son répondeur: «ce jour-là, j'avais reçu deux appels émanant du même numéro. Celui de Jérôme Cahuzac» Deux messages vocaux sont laissés, dont «le second lors duquel, pendant plus de trois minutes, il tenait les propos que l'on connaît.»

C'est-à-dire celui dans lequel Cahuzac affirmerait: «Ca me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques». Ce que le ministre, qui a porté plainte pour diffamation, dément.

Gonelle dit avoir fait appel à un technicien pour qu'il les grave les sons, qui auraient autrement été effacés automatiquement du répondeur, passé un certain délai. Puis à quelques mois de la présidentuelle de 2007, il décide de remettre une copie au juge Jean-Louis Bruguière:

«Il n'avait pas encore annoncé qu'il allait se présenter contre Jérôme Cahuzac lors des législatives qui allaient suivre. C'était aux environs du 11 novembre 2006. Dans mon bureau à Villeneuve-sur-Lot, nous parlions des qualités et des défauts du député sortant. À ce moment-là, j'ai évoqué cet enregistrement. Il voulait l'écouter sur-le-champ. Techniquement, ce n'était pas possible. Je lui ai confié l'un des deux CD que je détenais. Il m'avait dit qu'il pouvait améliorer le son. Il ne m'en a plus jamais reparlé.»

Pour Michel Gonelle, il n'est «sans doute pas étranger» à la récupération de l'enregistrement par Mediapart.

Photo: Jérôme Cahuzac, le 26 octobre 2012 à Paris. REUTERS/Charles Platiau.
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 26/01/2013
Mis à jour le 26/01/2013 à 16h14