Life

Vous pensez être multitâche? C'est que vous ne l'êtes sûrement pas

France Ortelli, mis à jour le 24.01.2013 à 19 h 09

Multitaskabulous! / eflon via Flickr CC License by

Multitaskabulous! / eflon via Flickr CC License by

Le «multitasking» vous connaissez: ce sont, caricaturalement, ces salariés qui travaillent devant un écran et passent leur vie à vérifier leur mails, leur téléphone, actualiser leur statut Facebook, tweeter tout en accomplissant leur tâche et qui pensent arriver à tout faire à la fois à la perfection.

Une étude réalisée par deux psychologues de l’université de l'Utah et reprise par le site io9 prouverait pourtant que la plupart des gens qui se revendiquent «multitâches» sont ceux qui sont en fait le moins doués pour ça.

Comment les chercheurs en sont-ils arrivés à cette conclusion?

Ils ont demandé à 310 étudiants d’évaluer leur propension au «multitasking» sur une échelle de 0 à 100. Puis les chercheurs leur ont demandé de répondre à une enquête: les étudiants devaient par exemple évaluer le temps passé sur leur téléphone portable quand ils sont au volant. Finalement, les étudiants ont passé un test du nom d’Operation Span (OSPAN) «pour évaluer leurs capacités réelles à faire plusieurs tâches en même temps», comme le décrit io9.

Au final, après analyse des résultats, les chercheurs ont découvert que 70% des participants se sont notés au-dessus de la moyenne  et que «les personnes qui ont réalisé les meilleurs résultats au test OSPAN –nous parlons ici des 25% de la tranche supérieure– ont été jugés les moins susceptibles d'effectuer plusieurs tâches, et les plus susceptibles à ne faire qu'une chose à la fois».

Au final, toujours selon io9 «les personnes qui se considèrent comme très multitâches ont tendance à être impulsives,  à la recherche de sensations et trop confiantes dans leur capacité à jongler avec plusieurs tâches en même temps».

Autre constat sur le «multitasking» repris par le Chicago Tribune en août 2010 et dont nous vous avions déjà parlé: une étude effectuée par des chercheurs de l’université de Londres basée sur 1.100 salariés britanniques soumis au «multitasking électronique», établit que le quotient intellectuel de ceux-ci diminuerait de manière plus significative que celui de fumeurs de cannabis ou d’adeptes de nuits blanches.

France Ortelli
France Ortelli (84 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte