Life

La religion ne rend pas plus généreux

France Ortelli, mis à jour le 23.01.2013 à 14 h 55

Belief/KeoniCabral via FlickrCC License by

Belief/KeoniCabral via FlickrCC License by

Non, malgré les messages d’amour du type «aimez-vous les uns les autres», la religion ne rend pas forcément les gens plus généreux avec leur prochain.

Une étude menée par la University Business School de Nottingham, et financée par le gouvernement britannique, sur le rôle de la religion dans la vie publique, démontre que «être religieux semble rendre les gens plus coopératifs ou plus altruistes uniquement lorsqu'ils ont affaire à d'autres personnes de la même foi», résume le Telegraph, qui reprend les conclusions de l’étude.

Les chercheurs ont demandé à des Malaisiens de croyances différentes (chrétiens, hindous, musulmans, bouddhistes ainsi que des personnes non-religieuses) de prendre part à une série d’expériences.

Par exemple, les participants devaient attribuer une somme d'argent imaginaire à d’autres participants, et décider eux-mêmes du montant.

Les chercheurs ont remarqué qu’il y avait peu de différence entre «le niveau de coopération et de générosité» lorsque les participants n’étaient pas au courant de la religion de la personne à qui ils devaient attribuer l’argent, ou lorsque cette personne venait d’une autre religion.

En revanche, lorsque la personne à qui ils devaient attribuer cette somme d’argent était de la même religion qu’eux et qu'ils le savaient, ils se montraient beaucoup plus «confiant et généreux».

Le Dr Robert Hoffmann, co-auteur du rapport, explique:

«Cela nous amène à la conclusion que la religion n'affecte pas le comportement des gens de manière générale. Elle agit plutôt sur la façon dont les gens se comportent avec différentes personnes.»

Une autre étude, réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie, Berkeley avait déjà démontré que les individus religieux sont moins guidés par la compassion que les athées dans leurs actes de générosité. Cité par le Huffington Post en mai 2012, Robb Willer, le co-auteur de l’étude, disait:

«Dans l'ensemble, nous avons constaté que chez les personnes les moins religieuses, la force de connexion émotionnelle avec une autre personne est décisive pour savoir s'ils vont aider cette personne ou pas. D'autre part, les plus dévots semblent moins fonder leur générosité sur leurs émotions, et plus sur d’autres facteurs tels que leur doctrine, leur identité communautaire ou leur réputation.»

France Ortelli
France Ortelli (84 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte