Monde

Algérie: la prise d'otages aurait fait au moins 25 morts

Temps de lecture : 2 min

Un panneau indiquant le site gazier de Tiguentourine. REUTERS/Louafi Larbi.
Un panneau indiquant le site gazier de Tiguentourine. REUTERS/Louafi Larbi.

La prise d’otages en Algérie a pris fin, samedi 19 janvier, après deux jours d’incertitude sur son dénouement. mais son bilan est toujours incertain.

25 corps d'otages ont été retrouvés, dimanche, sur le site gazier de Tiguentourine, selon des informations de la chaîne privée algérienne Ennahar rapportées par l'AFP. Un premier bilan officiel faisait état samedi de 32 ravisseurs et 23 otages tués sur près de 700 retenus au total, Algériens et étrangers confondus. On compte un Français, Yann Desjeux, parmi les victimes.

«Les forces spéciales continuent de sécuriser le site à la recherche d'éventuelles autres victimes. Le bilan définitif sera connu dans les heures qui viennent», a déclaré le ministre algérien de la Communication Mohamed Saïd.

Ennahar a rapporté que les forces spéciales algériennes avaient arrêté cinq assaillants dans l'usine et que trois autres étaient en fuite.

«Il faut dire clairement que ce sont les terroristes qui portent l'entière responsabilité» de la mort des otages, a déclaré samedi le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond. Intervenant depuis Tulle à l’occasion de ses vœux aux Corréziens, François Hollande a lui déploré que des otages aient été «lâchement assassinés».

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

C’était une Garmin Forerunner.

Brexit, l'impossibilité d'une île

Brexit, l'impossibilité d'une île

Triple éclairage historique, sémantique et littéraire sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars prochain.

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

Jyoti et Neha se sont habillées en hommes pendant des années pour aider leur père malade.

Newsletters